Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Événements géophysiques à très grande échelle.







Napoléon Lafontaine

table des matières du dossier


Les créationnistes affirment que la majorité des fossiles que l'on trouve dans les strates géologiques a été formée lors du Déluge de Noé. De l'avis de ces mêmes créationnistes, les cimetières massifs de fossiles, les dépôts sédimentaires immenses, les vastes champs de houille et d'huile, et dépôts de craie[1] ne sont que des indices supplémentaires qui témoignent d'un événement catastrophique sur une échelle que l'on ne rencontre plus. De tels indices cadrent sans difficulté avec le Déluge global de Noé.

Harlen BretzDans le siècle qui a suivi Lyell, le leitmotiv des géologues a été que les processus d'érosion et de sédimentation actuels sont la clé pour comprendre le passé. C'est donc ce que l'on appelle l'actualisme[2], c'est-à-dire que les processus lents et graduels d'érosion et de sédimentation observés dans le présent ont toujours eu cours dans le passé. De ce fait toute la géologie doit être interprété dans ce sens. L'adhésion à un tel principe exclut évidemment les catastrophes à grande échelle telle que le Déluge global décrit dans le livre de la Genèse. Mais depuis la Seconde Guerre, de plus en plus de géologues conventionnels admettent, dans une certaine mesure, la pertinence de catastrophes de grande envergure pour interpréter les données de la géologie. Nous en discuterons de cette évolution de la pensée géologique de manière détaillée dans la section Inondations d'envergure locale.

Au cours des années 1920, le géologue américain J Harlen Bretz a mené des recherches et publié de nombreux articles, décrivant les Scablands canalisées du nord-ouest des États-Unis. Ses théories de la façon dont ils ont été formés exige d'énormes flux d'eau (plus de 2000 kilomètres cubes d'eau), pour laquelle Bretz n'avait pas d'explication (la source de l'eau n'a jamais été au centre de sa recherche). Les théories de Bretz ont rencontré de l'opposition vive chez les géologues de l'époque, qui ont essayé de leur expliquer les caractéristiques dans le contexte actualiste.

Les théories de Pardee et de Bretz ont été acceptées seulement après des décennies de travaux minutieux et de débats scientifiques houleux. Il faut souligner que bon nombre des critiques les plus virulents de Bretz et Pardee n'ont jamais étudié les Scablands du Washington de leurs propres yeux. En 1979 Bretz a reçu la médaille la plus prestigieuse de la Geological Society of America, la Médaille de Penrose, en reconnaissance du développement de l'une des grandes idées dans les sciences de la terre. Par la suite, les changements d'attitude chez les géologues ont été examinés par un documentaire réalisé par Nova PBS sur les scablands de l'État de Washington, portant le nom "Mystery of the Megaflood"[3]. Et pour éliminer tout malentendu, Bretz n'est pas un créationniste.

Quelle ironie de constater que les géologues du 21e siècle peuvent concevoir un déluge à grande échelle sur Mars, mais cela leur est inconcevable sur la Terre (avec toutes ses océans)! Voir à ce sujet les articles: Deep Lakes and Catastrophic Floods of Mars,May 2013 Red Planet Riviera: Ancient Mars Ocean Found? (July 2013 Discovery News)


Voici quelques sites dans le monde pour lesquels les géologues orthodoxes admettent maintenant des événements hydrauliques de grande envergure (sans pourtant accepter un événement hydraulique mondial, évidemment).


Lac Missoula (États-Unis)

Les debacles gigantesques : Le lac Missoula et les scablands. Paysagesglaciaires.net

Glacial Lake Missoula and the Ice Age Floods.

Glacial Lake Missoula and the Missoula Floods (US Geological Society)

Glacial Lake Missoula. - Wikipedia

Channeled Scablands - Wikipedia

Oard, Michael J.. (2004) The Missoula Lake Controversy and the Genesis Flood. CRS Books, 133 p.

Oard, Michael J. (2003) Evidence for Only One Gigantic Lake Missoula Flood. In Ivey, R.L. (editor). The Fifth International Conference on Creationism, technical symposium sessions, pp. 219–231. Creation Science Fellowship, Pittsburgh, PA.


La manche

La Manche, une gigantesque inondation. (TF1 News 2007)

Megaflood 'made Island Britain' . BBC News - Science/Nature -Last updated: 18 Jul 2007

Sanjeev Gupta, Jenny S. Collier, Andy Palmer-Felgate, Graeme Potter (2007) Catastrophic flooding origin of shelf valley systems in the English Channel. Nature 448, 342-345 (19 July)


Gibraltar

G.A. (2010) L'Atlantique a brutalement rempli la Méditerranée. p. 28 Sciences & Vie février , no 1109.

Lisa Grossman The big spill: Flood could have filled Mediterranean in less than two years. January 2nd, 2010; vol.177 Sciencenews.org


La mer Noire

Noah's Flood/Black Sea Expedition. (Robert Ballard's investigations) National Geographic

The Truth Behind Noah's Flood. PBS

Noah’s Flood, Archaeology and Anthropology Network, BBC Television, 1996. 22 November 1999

Proof of Noah's Flood at the Black Sea? Creation Ministries International

The Black Sea flood: Definitely not the Flood of Noah. Tas Walker, Creation Ministries International April 2000


Le Grand Canyon

Austin, Steven A. ed. (1994) Grand Canyon: Monument to Catastrophe. Plus Communications 284 p.

Oard, Michael J. (2010) The Origin of Grand Canyon Part I: Uniformitarianism Fails to Explain Grand Canyon .pp. 185-200 Creation Research Society Quarterly Volume 46, Number 3 Winter (abstract)

Vail, Tom (2003) Grand Canyon: A Different View. Master Books 96 p.

Vail, Tom , Mike Oard, John Hergenrather, and Dennis Bokovoy 2008. Your Guide to the Grand Canyon: A Different Perspective. Master Books, 192 p.

Williams, Emmet L.; Meyer, John R. & Glen W. Wolfrom (1991) Erosion of the Grand Canyon of the Colorado River : Part I--Review of Antecedent River Hypothesis and the Postulation of Large Quantities of Rapidly Flowing Water as the Primary Agent of Erosion. Creation Research Society Quarterly Volume 28, Number 3 December (abstract)

Young, Richard A. & Earle E. Spamer (2004) Colorado River: Origin and Evolution; Proceedings of a Symposium Held at Grand Canyon National Park in June, 2000. 280 pages


Icelande - le jökulhlaups (cas exceptionnel, car observé par les humains)

Iceland’s recent ‘mega-flood’: An illustration of the power of Noah's Flood. Andrew Snelling, Creation Ministries International June 1999

Jökulhlaup - Wikipédia


Canyon Lake Gorge, Texas

Lamb, Michael P. & Fonstad, Mark A. (2010) Rapid formation of a modern bedrock canyon by a single flood event. (Nature Geoscience, 20 June )

Canyon carved within a week to help understand ancient megafloods on Earth, Mars. (Sify News - 2010)

Anthony SA Canyon Gorge Tour. (photos d'amateur, City-Data 2009)


Autres sites

Dickinson, William R.; Gehrels, George E. , & Marzolf, John E. (2010) Detrital zircons from fluvial Jurassic strata of the Michigan basin: Implications for the transcontinental Jurassic paleoriver hypothesis, Geology [Geological Society of America], vol. 38 no. 6 June pp. 499-502.

Juby, Ian (2010) Alaska had a "mega-flood" - gee, ya think?

Mega Tsunami: Vague de 523 Metres! (Alaska 1958 National Geographic - YouTube)


Articles généraux

Allen, Philip A. & Hoffman, Paul F. (2005) Extreme winds and waves in the aftermath of a Neoproterozoic glaciation. Nature vol. 433, 13 Jan. p. 123-127

Baker, Victor R. (2002) The Study of Superfloods. Science 29 March: Vol. 295. no. 5564, pp. 2379 – 2380 (abstract)

Stiles, Ed (2002) Superfloods Continue to Generate Heat in Earth Science. March 28, UA News


Il faut noter qu'en examinant les strates sédimentaires et ignées de la Terre, les géologues créationnistes ne rejettent pas de manière absolue le principe actualiste, car, dans un tel cas, il serait difficile de proposer la moindre interprétation des données géologiques. Mais le géologue créationniste se démarque des géologues assujettis à la cosmologie évolutionniste sur deux questions de fond que l'on retrouve dans la deuxième épître de Pierre 3: 5-6[4]

D'un côté, le géologue créationniste tient donc compte des processus présents d'érosion et de déposition de sédiments dans l'interprétation des strates géologique, mais d'un autre, il ne rejette pas a priori l'intervention dans les passé d'événements géologiques d'envergure globale (le Déluge de Noé) que l'on ne rencontre plus dans le monde actuel. Par exemple, si on se permet de considérer d'un événement tel que le Déluge de Noé, cet événement explique bien des formations géologiques d'un étendu qui est impossible à interpréter si on insiste que les processus d'érosion et de déposition de sédiments observés actuellement ont toujours été les mêmes. Comme modèle, le Déluge de Noé peut évidemment admettre des processus observés encore aujourd'hui, mais il peut les admettre à des échelles beaucoup plus grandes. Si le géologue évolutionniste doit exclure des événements catastrophiques de trop grande envergure, le géologue créationniste n'a pas cette contrainte. Touchant le conflit apparent entre la Henry M. Morrisscience et la Bible, un des pionniers du mouvement créationniste, l'hydrologue Henry M. Morris, fit quelques observations utiles sur le choix du cadre cosmologique pour l'interprétation des données géologiques (Morris 1961/1977 : 118) :

Le créationniste Glenn Jackson offre les commentaires suivants :

Évidemment certaines contraintes existent qui ont comme effet d'entretenir une perspective régionale chez les géologues, et de ce fait, des formations sédimentaires de faible envergure. Parfois ce sont simplement des chasses gardées professionnelles qui y contribuent. Chacun nomme “ sa ” formation et cela peut-être renforci par des administrations régionales (ou nationales en Europe) qui aiment bien avoir “ leur ” formation. Mais il arrive tout de même que les besoins de l'industrie forcent les gens à adopter une perspective plus large. On a donc établi des corrélations entre formations, ce qui permet de voir que ces formations ont souvent une envergure continentale que l'on ne devinait pas auparavant.

Dans le domaine de la géologie du pétrole, de telles corrélations ont été regroupés dans le projet "Correlation of Stratigraphic Units of North America" publié par l'American Association of Petroleum Geologists (AAPG). On y rencontre une série de 20 tableaux faisant la corrélation des dépôts sédimentaires sur l'ensemble des États-Unis. De tels tableaux sont très utiles pour faire des corrélations pour les unités régionales dont les noms changent en fonction de leur localisation régionale. Ce projet est disponible sur CD-ROM.

Au sujet des formations sédimentaires à grande échelle, le créationniste canadien Ian Juby note que non seulement on peut faire la corrélation de formations sur de grandes distances, mais on peut le faire également, pour des séquences de strates sur le plan vertical! (2009 : communication personnelle)

Et si on s'éloigne des sites tels que le lac Missoula, Gibraltar, le Grand Canyon ou la mer Noire, on rencontre d'autres traits géologiques qui témoignent également de mouvements de masses d'eaux énormes. Ce sont les drumlins.

Il s'agit de petites collines en forme de dos de baleine. Ils peuvent faire penser à des bancs de neige, profilés par le vent. En général, ils ont une longueur de 100 à 400m, et une hauteur de 6 à 40m. Vu en plan, il a une forme ovale et allongée, avec une partie amont plus large et une partie en aval plus effilée qui pointe dans la direction d'écoulement. L'explication de la géophysique orthodoxe est que ces formations sont liées aux glaciations et formés au moment du retrait des glaciers.

Drumlins situés près de Snare Lake au Saskatchewan (Canada)
Drumlins situés près de Snare Lake au Saskatchewan (Canada)

Les drumlins sont un phénomène géophysique très répandu. On les rencontre aux États-Unis dans la région Finger Lakes de l'État du New York, dans la partie inférieure de la vallée de la rivière Connecticut, dans l'est du Massachusetts, la région Monadnock du New Hampshire, le Minnesota, le Wisconsin. Au Canada, on les rencontre en Alberta, dans la Saskatchewan, le sud de l'Ontario et la Nouvelle-Écosse. En Europe, on les rencontre en Pologne, en Estonie, autour du lac de Constance au nord des Alpes, dans les comtés de Monaghan, Mayo, Cavan et Fermanagh en Irlande, au Groenland, à Hindsholm au Danemark, en Finlande et même en Patagonie.

La théorie de l'origine glaciaire des drumlins rencontre malgré tout plusieurs problèmes. Le créationniste Douglas Cox note qu'il faut prendre conscience du fait qu'il existe des drumlins fait de dépôts (composés de sable et de graviers) et d'autres Formé à même le roc du sous-sol. Et pourtant un glacier a tendance à tout broyer sur son passage et ce de manière à peu près uniforme! Cox note également (1979 : 155) que les glaciers modernes ne forment pas de drumlins. Ces problèmes se sont empilés à tel point que dans les années 1980 le géologue canadien John Shaw a proposé l'hypothèse que les drumlins seraient le résultat d'une écoulement catastrophique d'eau sous forte pression sous un glacier. Cela semble sauver les apparences pour la théorie des glaciations, mais il faut noter que désormais c'est l'eau qui joue le rôle majeur. Voici quelques références sur la question des drumlins et leur formation.


Shaw, John, The meltwater hypothesis for subglacial bedforms, Quaternary International 90 (2002) 5–22

Shaw, John Drumlins and subglacial meltwater floods : John Shaw Responds.

Cox, Douglas E. (1979) Drumlins And Diluvial Currents. pp. 154-162 Creation Research Society Quarterly Volume 16, Number 3 December

Cox, Douglas E. (1999) The Role of Vortices in Drumlin Formation. The Creation Concept

Cox, Douglas E. Catastrophic Flood Dynamic Database.

Cox, Douglas E. Giant Current Ripples in Ontario's Bruce Peninsula.


Un autre phénomène géophysique intéressant est ce que les géologues anglophones appellent le “ wind gap ”. Il s'agit d'une brèche dans une crête à travers duquel un cours d'eau a pu couler autrefois , mais qui aujourd'hui est abandonné et où seul passe le vent. Le “ water gap ” est un phénomène semblable, sauf qu'un petit cours d'eau y coule toujours. En français ces deux phénomènes sont désigné du même terme, soit cluse. Le Grand Canyon (situé dans le nord-ouest de l'Arizona) est un des “ water gap ” les plus connus.. La théorie géologique orthodoxe veut que le Grand Canyon ait été creusé au cours de millions d'années d'érosion lente par la rivière Colorado dans le plateau Colorado. La profondeur moyenne de ce Canyon est de 1 300 mètres avec un maximum de plus de 2 000 mètres. Ce plateau couvre une région de 337 000km2 (dans les états suivants : Colorado, le Nouveau Mexique, le Utah et l'Arizona.).

Grand Canyon - WIki anglais

Mais ce phénomène est assez curieux, car l'eau a, en général, l'habitude de contourner les obstacles plutôt que les percer. Est-ce que pour expliquer les water gaps, il faut tout à coup que l'eau coule en remontant des pentes? Ce serait non seulement étrange, mais plutôt miraculeux, car en général l'eau obéit à la loi de la gravité...

Une des explications les plus anciennes de ce phénomène est la thèse du ruisseau antécédant. Selon cette théorie, depuis des millions d'années un ruisseau coule dans une région. Au cours de cette période, un secteur où coule ce ruiseau ce voit soulévé, mais à une vitesse qui éviter de faire dévier le cours de ruisseau comme le le voit sur ce panneau explicatif au bord de la rivière Yakima (situé dans l'État du Washington, nord-ouest des États-Unis). La rivière Yakima traverse la chaîne de montagnes Cascades.

Cliquer pour version plus grande

Dans un article sur les water gaps, le créationnniste Michael Oard, note que cette thèse implique (2008 : 184-185) :

On comprendra assez rapidement que de telles coincidences tiennent du miracle! Il nous faut donc un scénario de Hollywood pour que ça fonctionne, sinon... Mais depuis un moment, la thèse du ruiseau antécédant est tombée en défaveur et s'est vu supplantée par la thèse du ruiseau superposé. Comme on peut le voir dans le diagramme ci-dessus, cette théorie présuppose un ruisseau s'écoulant, pendant des millions d'années, sur une plaine qui comporte, dans son sousol, un obstacle fait de roc plus dur.

Et le temps passe et ce cours d'eau fini par éroder TOUTE la couche surpérieure du surplomb plus mou (en blanc sali dans le diagramme) jusqu'à atteindre l'obstacle, la perce et par la suite le surplomb environnant se voit érodé également, ne laissant que l'obstacle percé. Comme le note Oard (2008 : 185-186), l'élimination du surplomb semble se faire “ par magie ”, car rien n'explique une élimination si totale, sans laisser de traces. On est donc toujours dans le domaine du miracle. Mais c'est peu de choses pour les géologues actualistes, car Oard note (2008: 191) que l'on trouve des water gaps à au moins 1000 endroits dans le monde (dont l'Alaska).

Pour ce qui est des créationnistes, ils proposent que les water gaps et les wind gaps se soient formés aux étapes finales du Déluge. Au moment de la crue maximale, toute la Terre était sous l'eau, mais éventuellement les bassins océaniques ont commencé à s'affaisser et les continents à se soulever. Et le soulèvement des continents serait accompagné d'orogénie, la formation de chaînes de montagnes (voir le scénario de Walter Brown).

À cette étape du Déluge des masses d'eau énormes ont commencé à bouger sur la surface des continents. C'est ce que Oard désigne la “ sheet flow phase ” ou l'étape des couches d'eau massives s'écoulant sur toute la surface d'un continent. De telles quantités d'eau pouvaient emporter des masses énormes de sédiments (non durcis à ce moment-là) et aurait eu un effet d'érosion telle une varlope passant sur une planche et éliminant toutes les crêtes. Le déplacement de telles couches d'eau aurait un effet bouldozeur sur la surface des continents, comme nous le voyons dans le diagramme A.
Mais le temps passe, l'eau s'écoule vers la mer et éventuellement certains pics dépassent la surface de l'eau. L'eau doit donc contourner ces obstacles et se précipiter dans les ouvertures disponibles. C'est ce que Oard désigne la “ channelized flow phase ” ou étape de l'écoulement canalisé. C'est ce qu'illustre le diagramme B.
Mais puisque ces eaux ont un débit très important et sont toujours chargées de sédiments, leur pouvoir érosif est très important aussi. En peu de temps, de petites ouvertures deviennent de grands canyons. C'est ce qu'illustre le diagramme C.
Et lorsque l'écoulement des eaux du Déluge est terminé, on abouti à la situation actuelle où de petites rivières coulent à travers des ouvertures percées par les MÉGA-fleuves des étapes finales du Déluge. Et lorsque les ouvertures percées sont trop élevées, il n'y passe que le vent. Ce sont les “ wind gaps ”. C'est l'étape D.

diagrammes avec permission de M. Oard


Oard, Michael J. (2008) Water Gaps in the Alaska Range. 180-192 Creation Research Society Society Volume 44, Number 3 Winter


Notes

[1] - Comme l'on retrouve à Douvres en Angleterre et, en face, en France, au Pas-de-Calais.

[2] - En anglais, uniformitarianism.

[3] - Ou "Mystère de la mégacrue.

[4] - Et le verset suivant rappel que la Terre et le cosmos périra, à la fin de toutes choses, par le feu.

[5] - Voir le clip : "Complete creation" - part 3: