Plan Comos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

La grande Babylone1.






Septembre 1997
Richard Wurmbrand


"On a trouvé chez elle le sang des prophètes et des saints…"



Chers frères et soeurs,

En Europe (et en Occident - PG), c'est en toute liberté que nous pouvons adorer et servir Dieu; toutefois nous formons un coeur et une âme avec tous les chrétiens persécutés dans d'autres contrées. Nous ne devrions jamais oublier qu'aujourd'hui leur sang est versé par la grande Babylone, qui se manifeste sous des formes et des noms nouveau: dans certains pays l'Islam, et dans d'autres le communisme, etc.

Je me souvient d'une chorale qui chantait: «Nous te serons fidèles jusqu'à la mort…» Si vous deviez mourir pour le Christ, lui resteriez-vous fidèles jusqu'au bout ? Cela me rappelle un incident qui s'était produit dans ma patrie, la Roumanie, qui venait d'être envahie par l'armée soviétique. Dans un village, deux soldats russes entèrent dans une église, leurs fusils pointés vers l'assistance en criant: «Que faites-vous ici à adorer Dieu ? Que tous ceux qui veulent lui rester fidèles se mettent du côté droit. À cause de leur foi ils seront fusillés. Ceux qui veulent rentrer à la maison et avoir la vie sauve se mettront du côté gauche. À vous de décider si vous vous voulez vivre ou mourir: les obstinés mourront, et ceux qui renient le Christ auront la vie sauve !»

Dix minutes plus tôt, ces croyants chantaient ensemble les louanges du Seigneur; cela ne leur avait rien coûté, si ce n'est peut-être quelques francs pour l'offrande. Maintenant, c'était une question de vie ou de mort. Certains occupaient la travée droite de l'église, les autres celle de gauche. Et vous, quel côté auriez-vous choisi ? Après avoir fait le tri les soldats russes libérèrent ceux qui étaient à gauche. L'ayant échappé belle, ils quittèrent l'église. Ensuite, les soldats russes déposèrent leurs armes et dirent à ceux qui restaient: «Nous aussi, nous sommes des chrétiens, mais nous voulons adorer Dieu sans les hypocrites».


Que signifie Jésus pour vous ?
Que se passerait-il dans une église de Suisse, de France ou d'ailleurs ? Peut-être allez-vous à l'église pour que votre esprit soit éclairé. En fait, que signifie Jésus-Christ pour vous ? Souvent, être chrétien signifie assister au culte, peut-être prier chaque jour. Lire la Bible et jouir de la communion fraternelle. Pour d'autres, croire en Jésus-Christ signifie prison, torture ou mort.

Tant au Vietnam qu'en Chine, des chrétiens sont jetés en prison. En Indonésie, des églises sont mises à sac et détruites. Au Pakistan et dans d'autres pays musulmans, les croyants connaissent la souffrance. Au Soudan, ils sont persécutés.
Dans Hébreux 13: 3 nous lisons: «Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers.» Pouvez-vous imaginer un de vos frères selon la chair être en prison sans que vous en soyez informé ? Mais un frère chinois est en prison, un frère vietnamien aussi; avec nous ils sont membres du corps de Christ. Nous sommes devenus frères et soeurs en Christ et si souvent nous ignorons que les autres souffrent. Où se situe notre amour, notre solidarité ? Plusieurs textes de la Bible insistent sur le fait que nous sommes un seul corps. Si j'ai mal aux dents, je le sais… si des membres du corps de Christ souffrent, je l'ignore !
Quand votre coeur est joyeux et que vous remerciez Dieu pour ses bienfaits, n'oubliez pas vos frère, ceux qui ont perdu leur travail, leurs enfants, ceux qui sont en prison ou dans des camps de travail… priez pour eux.
Qu'une vie nouvelle commence pour vous ! Vie de porteur de croix, de prière pour ceux qui souffrent, parce que vous aimez le même Seigneur pour lequel ils acceptent de souffrir ! Que notre égoïsme et notre confort douillet ne déforment pas l'image du Christ dans nos coeurs.

Il y avait une fois un pays où vivaient deux grands peintres. Le pays était divisé en deux car la moitié de la population préférait l'un des peintres, l'autre préféraient le second. Le roi du pays fut invité à rendre son verdict. Il fit partage dans sa longueur, par un rideau, la grande salle de marbre de son palais. Puis il fit venir le premier peintre et lui ordonna de peindre ce qu'il voulait sur un mur de la salle. Il fit venir l'autre peintre et lui ordonna de peindre sur le mur opposé.

Le premier peintre, qui avait autant de talent que de vanité, se mit immédiatement au travail et, assisté de ses élèves, réalisa force peintures admirables. L'autre peintre, qui était un homme rempli d'humilité, dit à ses élèves: «Ce serait folie de ma part de lutter avec mon excellent rival. Je ne sais pas peindre comme lui. Je vais vous demander de faire quelque chose d'autre. Restez ici du matin au soir et polissez le marbre jusqu'à ce qu'il brille.» Ainsi fut fait. D'un côté du rideau ils peignaient et de l'autre ils polissaient le mur.

Au jour fixé, le roi vint voir l'œuvre des deux peintres. Il admira celle du premier et déclara n'avoir jamais vu si belle peinture. Puis il ordonna de tirer le rideau afin de lui permettre de voir le travail de l'autre peintre. Il recula, stupéfait. Les peinture du premier artiste se réfléchissaient sur le marbre que l'autre avait poli et leur beauté était éblouissante et c'est le second peintre qui reçut le prix.

Ainsi, nous ne sommes pas Christ. Nous sommes que des hommes. Mais ce qui nous devons faire continuellement est de polir notre coeur afin d'éloigner toute déformation due à l'égoïsme, au confort, tout ce qui nous empêche de nous occuper des autres. Ce faisant, la beauté de Christ se reflétera en nous et marquera notre vie. Il est mort pour pardonner tous nos péchés.
Par un acte de foi, croyez-en Jésus-Christ et soyez sauvés


Que Dieu vous bénisse

Richard Wurmbrand


Note
1- Publié dans le bulletin: La voix des martyres (Aide aux Églises Martyres) CP 548, Succ. NDG, Montréal, Qc H4A 3P8 tél. (514) 669-4681 et pour les dons 1-800-896-3388