Vie chretienne Comos Plan Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Échange sur les violations massives du consentement éclairé :
Questions posées à un prof d'université.



Or, ce pseudo-mysticisme est le sceau de la bureaucratie lorsqu'elle devient une forme de gouvernement. Puisque le peuple qu'elle domine ne sait jamais vraiment pourquoi les choses arrivent, et qu'il n'existe pas d'interprétation rationnelle de la loi, il n'y a plus qu'une seule chose qui compte, c'est l'événement brutal, nu. (...) L'une des différences les plus éclatantes entre le vieux régime de la bureaucratie et le courant totalitaire moderne réside dans le fait que les maîtres de la Russie et de l'Autriche d'avant-guerre se contentaient de l'éclat stérile de leur pouvoir et que, satisfaits de contrôler son destin extérieur, ils laissaient intacte toute la vie intérieure de l'âme. La bureaucratie totalitaire, forte de sa meilleure compréhension de la portée du pouvoir absolu, a fait intrusion chez l'individu privé et dans sa vie intérieure avec une égale brutalité. Cette efficacité radicale a eu pour résultat de tuer la spontanéité intime du peuple soumis à son joug et de tuer en même temps les activités sociales et politiques de ce peuple, si bien qu'à la stérilité purement politique du régime des premières bureaucraties a succédé une stérilité complète sous les régimes totalitaires.
(Hannah Arendt - Origines du Totalitarisme. vol. 2 - 1951/2002 Gallimard, coll. Quarto, pp. 530-532)

Dans un monde où la haine a été propagée par les progressistes, le progrès, c'est croire qu'on pense quand on se contente de détester ; c'est se chercher un ennemi sans lequel on ne peut vivre ; c'est entretenir les passions tristes (...); c'est psychiatriser la pensée critique et salir quiconque ne pense pas comme soi plutôt que de critiquer ses arguments.
(Michel Onfray - Théorie de la dictature. 2019 Robert Laffont, Paris [p. 229]).



Paul Gosselin (6/2/2022)

Dossier Covid19



Ce qui suit est la synthèse (nécessairement biasée) d'un échange avec un prof d'université (pour la présente, désigné “ XYZ ”) au sujet de méthodes pas très éthiques pour pousser/imposer le vaccin anti-Covid.

XYZ  est un gars intelligent et un covidiste TRÈS convaincu. XYZ  est CONVAINCU de la gravité du Covid19 et il est CONVAINCU de la sureté et de l'utilité et des bénéfices du vaccin anti-Covid. Dans une conversation je lui avais demandé s'il pouvait possiblement être d'accord avec la LONGUE liste de violations du consentement éclairé qui ont eu lieu au Canada et ailleurs dans le monde depuis que les vaccins anti-Covid sont sortis et aussi avec LA chose profondément perverse de ce phénomène, c'est que le gouvernement du Québec a exploité nos droits comme un moyen de chantage pour imposer le vaccin sur la population. Ainsi la population se retrouve poussée dans le faux dilemme suivant: “Je veux aller au resto, alors je me fais vacciner” ou “Je veux aller au cinéma, alors je me fais vacciner” ou “J'ai envie de voyager, alors je me fais vacciner”, etc. On n'a pas été vacciné après avoir été convaincu des bénéfices du vaccin, on a simplement cédé au chantage... Le respect du consentement éclairé EXIGE que la personne à qui on propose un traitement médical ait TOUJOURS le droit de refuser, et ce, sans sanctions ou punitions. Si on ne respecte pas ces conditions, on a violé le principe du consentement éclairé.

Je lui ai donc demandé: “TOI peux-tu appuyer et approuver cette longue liste de violations du consentement éclairé??”

Il m'a répondu que oui il admettait effectivement ces violations, car ce qui changeait la donne à son avis était le fait que le Covid est une maladie contagieuse[1]. Si quelqu'un refuse un traitement pour le cancer, alors ce refus l'affecte que LUI seul, mais dans le cas d'une maladie contagieuse, son refus peut affecter bien d'autres individus.

J'ai répliqué que s'il croyait vraiment à cette logique alors pendant la crise du SIDA dans les années 1980-90 il aurait dû prôner des passeports sanitaires pour TOUS les sidatiques (limitant leur capacité de voyager, aller au resto, fréquenter des clubs, etc...), car le SIDA est certainement une maladie contagieuse et dans bien des cas mortels. Lui m'a répliqué que cet argument ne tenait pas, car on a maintenant des traitements pour le SIDA qui réduisent la transmission...

Après quelque réflexion, voici ma dernière réplique...

===========================================

Salut XYZ,

Suite à notre conversation, j'ai discuté avec un ex-infirmier qui a travaillé dans une clinique pour sidatiques. Je lui ai demandé si les traitements pour le sida sont à 100% efficaces pour stopper la transmission du virus. Il a hésité et a dit “oui, théoriquement... Si toutes les conditions du traitement sont respectées, si, si, si..." En d'autres mots, en pratique et dans la vraie vie il y a des fuites et, malgré la mise en place de la trithérapie (pour combattre le SIDA), les sidatiques transmettent effectivement le SIDA à d'autres, une maladie souvent mortelle qui, sans traitement, détruit progressivement le système immunitaire de la personne atteinte.

Ça implique que ton argument que les restrictions contre le Covid ne sont PAS comparables à la situation pour les sidatiques ne tient PAS, car la trithérapie ne peut éliminer complètement la transmission du SIDA... Et de toute manière, il faut tenir compte aussi du fait que pendant une période de plusieurs années (au moins 5 ans) le SIDA a fait des ravages dans la population (homosexuels d'abord, ensuite hétéros) et il n'y avait AUCUN traitement efficace et rien pour stopper la transmission. C'est chose connue que certains sidatiques ont contaminé des centaines de personnes, parfois délibérément ou plus souvent par négligence. Si le principe de l'infection justifie en effet TOUTES les violations des droits dans le cas des non-vaccinés, des restrictions sociales et économiques alors pendant cette période il aurait été logique et cohérent d'exiger la mise en place des MÊMES restrictions à l'égard des sidatiques qui sont actuellement appliquées aux non-vaccinés. QUI a exigé une telle chose ? Montrez-moi le technocrate médical, le journaliste ou le politicien qui l'a fait dans les années 80-90 ???

Comment se fait-il que les technocrates qui sous la crise du Covid ont mis en place avec tant de zèle des tas de restrictions visant les non-vaccinés, n'ont pas appliqué les MÊMES restrictions aux sidatiques dans les années 1980-90 lorsqu'a éclaté la crise du SIDA ?

Si tu es cohérent avec tes affirmations sur les non-vaccinés, toi XYZ tu devrais publiquement exprimer l'avis que les sidatiques devraient tous subir EXACTEMENT les mêmes restrictions qu'on applique actuellement aux non-vaccinés. C'est d'accord?? Le hic c'est que les sidatiques sont malades et les non-vaccinés ne le sont pas...

Et tu trouvais drôle que j'insinue que ta position sur la crise du Covid puisse être dictée par ton chèque de paie de prof d'université en faisant allusion au fait que je ne connais pas le milieu universitaire et que les profs d'université critiquent souvent les positions du gouvernement sur plusieurs questions. Je veux bien. Mais ça c'est tant qu'on ne se permet pas de prendre position sur des questions où le débat et les critiques sont INTERDITS. Comme le débat Création-Évolution (qui m'a personnellement coûté une carrière universitaire) ou le débat sur réchauffement climatique/changements climatiques, le débat sur l'idéologie LGBT ou aujourd'hui les politiques de l'État sur la crise du Covid. Dans tous ces cas, les profs d'université qui se conforment servilement au courant dominant seront convaincus qu'il n'y a aucune censure, que tout va bien dans le meilleur des mondes, mais cette impression est une ILLUSION, car ils n'ont jamais pris position sur une question où il y a de pression réelle vers la pensée unique. Ils n'ont jamais cherché à aller à contrecourant de cette pression conformiste.

Comme je l'ai mentionné dans notre conversation, un autre contact qui est prof d'université a quitté son poste administratif, car il n'était pas d'accord pour être complice dans la propagation de l'idéologie LGBT. On peut supposer que ce refus a dû être noté dans son dossier... Dans ton cas as-tu UNE seule fois exprimé publiquement ton rejet de l'idéologie LGBT ?? Tu dois sans doute TRÈS bien comprendre les conséquences pour ta carrière ce que pourrait entraîner une telle prise de position... Alors la liberté d'expression dans les universités est une illusion qui reste valide pour ceux qui ne sortent jamais la tête de la tranchée et ne traitent jamais de sujets où les universités refusent le débat...

Voici quelques profs canadiens (et d'autres) qui ont osé refuser la pensée unique et ont payé un prix lourd.

Why I am no longer a tenured professor at the University of Toronto: The appalling ideology of diversity, inclusion and equity is demolishing education and business. (Jordan Peterson - National Post - 19/1/2022)

Ethics 101. Dr. Julie Ponesse, a professor of Ethics at the University of Western Ontario, provides a lesson in courage and integrity. (Odysée - 18 minutes - anglais avec sous-titres français - octobre 2021?)

University of California Fires Director of Ethics Program for Defying COVID-19 Vaccine Mandate. (Tyler Durden - Zero Hedge - 22/12/2021)

"Bizarro World": Researcher Calls Out Censorship After Journal Pulls COVID-19 Vaccine Adverse Events Analysis. (Petr Svab/The Epoch Times - Tyler Durden/Zero Hedge - 20/1/2022)

Mais les individus discutés dans ces articles ne sont que l'exception qui confirme la règle... En général le milieu universitaire à été abjectement et massivement servile à la montée des néo-totalitaires. Quel choc de constater que c'est le reflet horrible de la situation universitaire en Allemagne dans les années 1930, commme nous le rappel le biologiste français P.-P. Grassé (1980: 44):

Après le triomphe du national-socialisme, la science allemande apporta massivement sa caution inconditionnelle au Führer. Anthropologistes, généticiens, économistes, légistes, avec zèle, se mirent au service de leur nouveau maître. [il ajoute, en note en bas de page [2] – PG]: L'appui des intellectuels allemands à leur Führer fut massif. Lors du référendum de 1933, les déclarations de professeurs appartenant à des universités (non à toutes) furent réunies en un volume. Parmi les auteurs de ces textes, on relève le nom du célèbre philosophe Martin Heidegger, ce qui est à la fois surprenant étant donné l'idéalisme qui imprègne son œuvre et révélateur de l'état d'esprit qui donna la victoire à Hitler.

Entre autres, cela implique que même de grands profs de philo se sont servilement mis au service des Nazis. Un contact exerçant dans le système médical québécois a observé au sujet du parallèle que j'avais dressé entre restrictions sidatiques/non vaccinés (et l'arbitraire de la LONGUE liste de restrictions dans un cas et l'absence total de restrictions dans l'autre).

Un autre contact qui a passé beaucoup d'années dans le système de santé au Québec et qui a lu mon mot fit ce commentaire:

Demande XYZ dont pourquoi le SIDA n'est plus une maladie à déclaration obligatoire (décision qui a causé des drames et en cause encore pour les victimes qui se font refiler le SIDA) et comment justifier les 120 milliards mis dans cette maladie au Canada depuis 1983? (la trithérapie coûte au contribuable canadien la somme de 30,000 $ annuellement sans compter les pertes de salaires, manque de productivité et décès prématurés, etc)

Ce commentaire me fait constater un détail significatif, c'est-à-dire qu'actuellement, en mettant en place le système du passeport vaccinal au Québec, le refus du vaccin anti-Covid est devenu dans les faits considérés par l'État comme une “maladie à déclaration obligatoire”[2], et ceci même si les non-vaccinés ne sont PAS malades et qu'en général, ils sont en meilleure santé que les vaccinés. Mais il y a pire, car dans le cas d'une déclaration d'une maladie officiellement considérée “à déclaration obligatoire”[3] au Québec, dans bon nombre de cas[4], seul le système de santé est avisé et en général les conséquences réelles de la déclaration sont pratiquement inexistantes pour l'individu concerné, tandis qu'actuellement le non vacciné à chaque fois qu'il tente d'accéder un espace publique qui lui est interdit, TOUS sont avisés de son état et les conséquences sont BEAUCOUP plus publiques, sociales et économiques. L'État a donc fait de lui un paria, un lépreux, un sous-homme...

Voici un bref résumé des restrictions appliquées au Québec aux non vaccinés, mais en posant la question s'il se trouve une seule maladie déclaration obligatoire qui comporte d'aussi nombreuses conséquences pour l'Individu concerné. Évidemment dans le cas des maladies à déclaration obligatoire il FAUT un diagnostic clair avant de mettre en place les restrictions prévues. Mais dans le cas des non-vaccinés, AUCUN diagnostic n'est nécessaire pour mettre en place toute cette liste (non exhaustive) de restrictions. Il est donc manifeste que la motivation fondamentale de ces restrictions n'a RIEN à voir avec la médecine...

Non, si ces restrictions ne comportent aucun motif médical, elles ne sont que l'expression du mépris extraordinaire des néo-totalitaires actuellement au pouvoir pour les droits du peuple et aussi l'expression de leur haine à l'égard de tous ceux qui oseraient s'opposer à leur volonté. Seule la servilité le plus abjecte leur convient. Et, tristement, je viens de prendre d'une nouvelle démonstration hallucinante du caractère diabolique et ABSOLUMENT sans coeur des néo-totalitaires au pouvoir au Québec. Voilà que Lionel Carmant, Ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux propose le Projet de loi n° 15, (Loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse et d'autres dispositions législatives).

En somme cette loi permettrait à l'État de kidnapper les enfants de parents refusant le vaccin à leurs enfants!!! Mais hypocrites accomplis qu'ils le sont, voilà qu'ils ont l'arrogance de prétendre que c'est pour le bien de l'enfant... Voilà le visage maintenant à découvert de ces néo-totalitaires. Il est clair qu'ils ne hésiteront pas un moment d'écraser impitoyablement celui qui oserait un moment s'opposer à leur programme. À mon sens TOUS les technocrates et politiciens impliqués dans ce projet méritent l'arrestation immédiate et sommaire. Ils ont trahi le peuple québécois qu'ils ont juré sous serment de défendre leurs droits. Mais au Québec trouve-t-on des policiers honnêtes et courageux pour ce faire?? Et les policiers du Québec, il faut vous rappeler une chose TRES sérieuse. Ce n'est PAS l'État du Québec qui paie votre salaire. Non, l'État du Québec ne fait RIEN d'autre que jongler avec du fric qui n'est pas à lui. Non, c'est le peuple Québécois qui met le pain et le beure sur la table chez vous. Vous devez donc reconnaissance et loyauté à ce peuple.

Mais revenons à nos néo-totalitaires si hypocrites. Le romancier britannique Aldous Huxley était intimement familier avec de tels hypocrites assoiffés de pouvoir absolu. En 1958 dans son Retour au meilleur des mondes Huxley expliquait le programme :

Sous l'impitoyable poussée d'une surpopulation qui s'accélère, d'une organisation dont les excès vont s'aggravant et par le moyen de méthodes toujours plus efficaces de manipulation mentale, les démocraties changeront de nature. Les vieilles formes pittoresques — élections, parlements, hautes cours de justice — demeureront, mais la substance sous-jacente sera une nouvelle forme de totalitarisme non violent. Toutes les appellations traditionnelles, tous les slogans consacrés resteront exactement ce qu'ils étaient au bon vieux temps, la démocratie et la liberté seront les thèmes de toutes les émissions radiodiffusés et de tous les éditoriaux — mais une démocratie, une liberté au sens strictement pickwickien du terme. (p. 144)

Et si Huxley parle d'une liberté au sens strictement pickwickien du terme, ça implique qu'il s'agit d'une liberté complètement factice, une illusion... Ouais, malheureusement il faut faire le constat, nous sommes en plein dedans de cette prophétie de Huxley... Concluons avec ces propos (pas très rassurants) de CJ Hopkins (2020)

It functions like a cult, totalitarianism. It creeps up on you, little by little, little lie by little lie, accommodation by accommodation, rationalization by rationalization … until one day you find yourself taking orders from some twisted little narcissistic nihilist on a mission to remake the entire world. You don't surrender to it all at once. You do it over the course of weeks and months. Imperceptibly, it becomes your reality. You do not recognize that you are in it, because everything you see is part of it, and everyone you know is in it … except for the others, who are not part of it. The "deniers." The "deviants." The "foreigners." The "strangers." The "Covidiots." The "virus spreaders."
See, although the narratives and symbols may change, totalitarianism is totalitarianism. It doesn't really matter which uniform it wears, or which language it speaks … it is the same abomination. It is an idol, a simulacrum of the hubris of man, formed from the clay of the minds of the masses by megalomaniacal spiritual cripples who want to exterminate what they cannot control. And what they want to control is always everything. Everything that reminds them of their weakness and their shame. You. Me. Society. The world. Laughter. Love. Honor. Faith. The past. The future. Life. Death. Everything that will not obey them.
Unfortunately, once this kind of thing gets started, and reaches the stage we are currently experiencing, more often than not, it does not stop, not until cities lie in ruins or fields are littered with human skulls. It might take us ten or twelve years to get there, but, make no mistake, that's where we're headed, where totalitarianism is always headed … if you don't believe me, just ask the Germans.


Quelques ressources

Grassé, Pierre-Paul (1980) L'Homme en accusation: De la biologie à la politique. Albin Michel Paris 354 p.

Hopkins, CJ (2020) The Germans Are Back! (The Consent Factory)

Hopkins, CJ (2021) The Road to Totalitarianism - Off-Guardian

Huxley, Aldous (1958/1990) Retour au meilleur des mondes. Plon [Paris] 155 p.

Soos, Adam (2022) University professor fired for questioning woke narratives. Rebel News - February 23, 2022

Voici un site avec des stats officielles sur la vaccination au Québec et sur les effets toxiques des vaccins au Québec.

VaccinTrackerQC
https://vaccintrackerqc.ca/
-> Ce site fait le suivi de la vaccination au Québec basé sur les stats du gov. du Québec + hospitalisations et décès dûs aux vaccins
https://vaccintrackerqc.ca/cas_et_hospitalisations/
étudiants en médecine (Université Laval) TRÈS courageux, car dans le contexte actuel ce projet peut complètement détruire leurs chances de carrière...

Et sur la crise du Covid, voici quelques arguments dignes d'attention, car proposés par des gens avec une expérience scientifique et médicale BEAUCOUP plus profond qu'Arruda au Québec ou encore la majorité des “Chief medical officers” dans le reste du Canada.

Voici d'abord une brève présentation de 8 minutes par le Christian Perronne, médecin, professeur et infectiologue français qui a été consultant au gov français et a siégé sur un comité de l'OMS qui gère les maladies infectieuses en Europe et au Moyen Orient.

Christian Perronne, témoignant devant la commission européenne du Luxembourg. (8 minutes - vers janvier 2021)

Et un autre interview plus long avec le Dr. Perronne.

L'entretien garanti sans censure du professeur Christian Perronne ! (Les Incorrectibles) - > Avec le Dr Perronne, ça commence à 3minutes. Perronne dit des choses très sèches au sujet de la gestion des hôpitaux en France...


Notes

[1] - Est-ce si significatif qu'une maladie soit contagieuse ? Comme si les maladies contagieuses c'est nouveau, du jamais vu ???

[2] - Ou, pour une plus vieille génération de québécois, LE péché mortelle...

[3] - Et à titre d'information, voici la longue liste de maladies à déclaration obligatoire publiée par le gouvernement du Québec

Maladies à déclaration obligatoire (MADO) et signalements en santé publique. (Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec)

[4] - Évidemment, il y des maladies figurant sur la liste des maladies à déclaration obligatoire comme l'Ébola qui sont TRES virulent et qui exigent un confinement/quarantaine obligatoire.