Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Un nouveau regard sur un mal ancien.




Cheryl Hauer (mars 2014)
Directrice du développement international - Bridges for Peace

Nous vivons à une époque où les universitaires et les dirigeants politiques du monde entier réexaminent l'antisémitisme. Beaucoup pensent qu'il faut le redéfinir, définir de nouveaux paramètres et tracer de nouvelles lignes. Dans certains cas, le résultat a été positif pour le peuple juif, mais dans l'ensemble, le message adressé au monde est clair : l'antisémitisme, bien qu'il s'agisse d'un phénomène malheureux, n'est pas différent de toute autre forme de racisme. L'Holocauste, nous dit-on, était un génocide comme tous les autres génocides survenus au cours de l'histoire. Nous entendons même le mot holocauste, appliqué à d'autres situations modernes telles que l'holocauste de l'avortement, et même un soi-disant  holocauste  auquel est confronté le peuple palestinien.

Il ne fait aucun doute que le mal et la haine sévissent dans le monde d'aujourd'hui. Peu de chrétiens nieraient que l'avortement est une atrocité répréhensible. Et il existe certainement, dans le monde, de nombreux groupes ethniques qui ont été confrontés aux horreurs indescriptibles du génocide. Mais ne vous y trompez pas; l'antisémitisme est unique dans son mal, et il est peut-être temps, que nous, chrétiens, y jetions également un nouveau regard. Le grand sage juif Rachi souligne quatre domaines qui définissent clairement le caractère unique de la haine envers le peuple juif :

1. Longévité — Il est certain que divers groupes ont subi des persécutions tout au long de leur histoire, les horreurs de leurs mauvais traitements fluctuant souvent et finissant par disparaitre de la scène mondiale. Cependant, on peut retracer les débuts de l'antisémitisme jusqu'au livre de la Genèse et suivre son fil tout au long de l'histoire entière du peuple juif.

2. Universalité — D'autres groupes ethniques ont subi d'horribles persécutions dans leurs pays ou dans les pays de leur dispersion, mais le peuple juif a souffert aux mains des antisémites partout sur la surface de la Terre où son voyage historique l'a conduit.

3. Intensité — Encore une fois, la bigoterie humaine a périodiquement éclaté en persécutions violentes, voire en viols et en meurtres. Personne ne nierait ou ne rabaisserait les souffrances des minorités aux mains des oppresseurs tout au long de l'histoire. Pourtant, l'antisémitisme s'est exprimé à plusieurs reprises de manière particulièrement virulente : l'Inquisition, les pogromes européens et l'Holocauste n'en sont que quelques exemples.

4. Confusion—Étonnamment, il y a très peu d'accords dans le monde sur les raisons pour lesquelles les Juifs sont haïs. L'argent, la terre, le pouvoir, le besoin de travail — les justifications typiques avancées pour la persécution et l'oppression à travers les âges — n'ont historiquement rien à voir avec la haine millénaire du peuple juif dans le monde entier.

Chaussures appartenant aux Juifs tués dans le camp de concentration d'Auschwitz

Prêtre juif
Conçu pour refléter le caractère de Dieu

Alors, qu'est-ce qui est réellement au cœur de cette haine irrationnelle ? Je pense que nous pouvons commencer à trouver la réponse dans la Torah (Gen.-Deut.). Dans la traduction d'Exode 28 : 2 de la Jewish Publication Society, Moïse dit aux Israélites qu'ils doivent  confectionner des vêtements de sainteté pour Aaron, votre frère, pour gloire et splendeur .

Dans la version New King James de la Bible, le mot hébreu kavod, qui signifie honneur ou révérence, est traduit par gloire tandis que tipheret, signifiant beauté, est rendu par splendeur. Il est clair que ces  vêtements de sainteté  doivent être le reflet de Dieu lui-même. Suit ensuite une liste d'instructions, décrivant dans les moindres détails tous les aspects de la création de ces vêtements. Style, design, tissu, fil, couleur, tissage, tailles, parures... rien n'est laissé à l'imagination.

Une fois qu'ils savent comment fabriquer les pièces individuelles, on leur explique, toujours en détail, comment les assembler. Viennent ensuite les instructions pour le bain et l'onction d'Aaron et de ses fils afin de les préparer à porter réellement les vêtements.

Ensuite, les Israélites sont invités à habiller soigneusement les prêtres avec leurs nouveaux vêtements. Et enfin, un plan est donné pour la cérémonie par laquelle Aaron et ses fils seraient formellement ordonnés prêtres.

Et à travers tout cela, plusieurs mots sont répétés. Caractère sacré, saint, sainteté, sanctifier, consacrer, sanctification... des mots qui ont diverses significations en français. Cependant, en hébreu, ils partagent un thème commun à la racine : être séparé, être appelé, être différent, être à part. Ils apparaissent au moins 40 fois dans la brève discussion sur le sacerdoce trouvée dans Exode 28 : 2 à 30 : 10. De toute évidence, Dieu tient passionnément à ce que ceux qui serviront dans Son Tabernacle, et plus tard dans Son Temple, soient un peuple saint ou séparé, sanctifié ou appelé à être à Lui et à Lui seul.

En lisant le reste de la Bible, il est également clair que Son désir était que tout Israël soit mis à part en tant que nation de prêtres. Dans les écrits des Apôtres, Paul dit la même chose à propos de ceux qui suivent Yeshua. Il les appelle un peuple particulier, une nation sainte, un sacerdoce royal, mis à part pour Son service.


Mis à part dans un but précis

Le peuple juif a été séparé de toutes les autres nations pour des objectifs très spécifiques, qui méritent également un réexamen.

1. Ils ont été mis à part pour porter le manteau du monothéisme tout au long de l'histoire, et ils l'ont fait courageusement au profit de tous ceux qui aiment le Dieu d'Israël. Cependant, dans de nombreuses églises aujourd'hui, le message du monothéisme est sacrifié sur l'autel du politiquement correct, et nous avons le sentiment qu'il y a plusieurs  petits dieux  d'un côté, et un autre  petit dieu  de l'autre. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité! Nous ne devons pas perdre de vue cet incroyable et impressionnant  Dieu avec un D majuscule  d'Israël qui désire une véritable relation avec Son peuple, mais qui impose des exigences morales à l'humanité.

2. Ils ont été mis à part comme une lumière pour les nations, reflétant la gloire et la splendeur du Seigneur et resplendissant la joie de la relation d'alliance. Malheureusement, beaucoup dans le monde antique, tout comme aujourd'hui, préféraient l'obscurité. Ils étaient mécontents de l'impératif moral et voulaient se cacher de la lumière.

3. Ils ont été mis à part pour apporter un message de bonté — la bonté de Dieu, oui, mais plus que cela. Ils illustrent l'exigence de bonté que Dieu a imposée à une humanité prédisposée au mal. Mais ce faisant, il a promis d'enseigner, de diriger, de guider, d'instruire son peuple et de lui donner le pouvoir par son Saint-Esprit, afin qu'ils puissent répondre à cette exigence et vivre une vie de bonté. Mais l'appel à la moralité absolue planait comme un nuage sombre au-dessus de la tête des cultures païennes environnantes... un peu comme aujourd'hui.

Pan, dieu grec
Un message révolutionnaire

Lorsque le peuple juif est entré dans l'arène religieuse de son époque, il a apporté un message nouveau et révolutionnaire. Vos dieux païens, dit-il, ne valent rien, sont impuissants et ne font pas le poids face au seul vrai Dieu! Il est invisible, certes, mais infini, invincible et parfait à tous points de vue. Ce Dieu dit que l'infanticide (le sacrifice d'enfants) et le sacrifice humain en général, rituels qui faisaient partie intégrante du culte païen de l'époque, sont absolument inacceptables.

Et pour une raison bien précise. Ce Dieu dit que tout être humain, homme ou femme, riche ou pauvre, noir ou blanc, esclave ou libre, est créé à Son image et porte donc en lui une étincelle divine. Et par conséquent, personne ne devrait prendre la décision de simplement vivre sa vie comme il l'entend. Chaque homme et chaque femme est responsable envers tous les autres hommes et femmes de soumettre leur vie à la volonté de cette autorité supérieure. Tous devraient porter la responsabilité de répandre la bonté, de prendre soin les uns des autres, de servir les autres et non eux-mêmes, tout cela pour l'honneur de ce Dieu unique et infini.

Quel message remarquable : un Dieu, une voie; la justice absolue et l'injustice absolue; le bien absolu et le mal absolu.

Quelle conviction pour ceux qui aimaient les ténèbres et détestaient la lumière. Quelle accusation contre ceux qui sacrifiaient leurs enfants aux dieux païens et fréquentaient les prostituées du temple. Et quelle énigme.

Je crois qu'à un certain niveau, au plus profond de soi, là où réside cette étincelle divine, les gens d'alors (comme aujourd'hui) ont reconnu la vérité du message apporté au monde par le peuple juif. Et une fois qu'ils l'ont entendu, ils ont dû décider ce qu'il devaient en faire. S'ils n'étaient pas disposés à l'accepter, ils devaient le gérer d'une autre manière. Nous avons un dicton aux États-Unis :  tirez sur le messager . Et c'est malheureusement la voie qui a été choisie.

Les détruire; anéantir le peuple juif parce que son message est trop fort, trop puissant pour être ignoré. Ce n'est pas comme les autres idéologies qui peuvent être prises à la légère ou ridiculisées. C'est une vérité profonde et déchirante qui exige une certaine sorte de réaction. Et par son existence même, le peuple juif est devenu une condamnation vivante et qui respire, un rappel constant du péché de l'humanité et de la nécessité de la repentance. Comme un doigt spirituel constamment pointé, ils ont convaincu ceux qui les entouraient; comme le son du marteau dans une salle d'audience et la voix du juge criant :  Je déclare l'accusé coupable , il n'y avait aucun moyen d'échapper aux exigences du Dieu d'Israël. Un tel bouleversement spirituel a engendré la haine que nous appelons aujourd'hui l'antisémitisme.

Le Talmud (commentaire rabbinique sur la tradition juive et les Écritures hébraïques) parle souvent d'antisémitisme et cite sa source à travers un jeu de mots singulier. Le Sinaï, dit-il, est le lieu où le peuple juif a reçu le message de l'amour, des valeurs et des normes morales de Dieu. C'est le lieu d'où émanait la lumière de la Torah. Et cela ressemble beaucoup à un autre mot hébreu, sinah, qui signifie haine.

C'est parce que le Sinaï émanait du message d'un Dieu unique qui impose des exigences morales à l'humanité que la haine émanait également de là. Le peuple juif est devenu la cible de ceux dont le désir le plus ardent est de libérer l'humanité de sa propre conscience.

Le Talmud demande :   Pourquoi la Torah a-t-elle été donnée sur une montagne appelée Sinaï ?  Et il répond :  Parce que le grand sinah émanait également de là. 

Le grand sinah... une haine intense caractérisée par des émotions de jalousie et de culpabilité.

Cette forme spécifique de haine est dirigée uniquement contre le peuple de Dieu. La nation d'Israël est unique parmi les nations de la terre, belle et précieuse... comme la lettre d'amour manuscrite de Dieu au monde. Il les appelle son segulah, son trésor très spécial.

Et c'est à cause de cet appel spécial, de cette relation spéciale avec Lui qu'ils ont été traqués, agressés, assassinés et pourchassés de nation en nation pratiquement tout au long de leur histoire.

Mémorial pour Margot et Anne Frank sur le site du camp de concentration de Bergen Belsen.


 Nous resterons toujours juifs 
Il est intéressant de constater que les chercheurs réexaminent aujourd'hui l'antisémitisme et se demandent :  Pourquoi les Juifs ? Une jeune fille comme Anne Frank connaissait la réponse. Elle écrit dans son journal le 11 avril 1944 :

Qui sait — c'est peut-être même de notre religion que le monde et tous les peuples apprennent le bien. C'est pour cette raison et pour cette seule raison que nous souffrons aujourd'hui. Nous ne pourrons jamais devenir simplement Anglais — ou simplement Néerlandais — ou d'ailleurs représentants d'un autre pays. Nous resterons toujours juifs.

Malheureusement, aussi longtemps que cela restera vrai, les amoureux des ténèbres poursuivront leur détermination à débarrasser le monde du peuple juif.

Anne Frank s'est rendu compte que l'antisémitisme est en réalité une haine de la judéité, une haine du message. Cela n'existe pas parce que le peuple juif est intelligent ou stupide; parce qu'ils sont paresseux ou ambitieux; parce qu'ils sont intelligents ou ennuyeux; sont riches ou pauvres. Cela est simplement parce qu'ils existent.


L'antisémitisme en hausse

Cette haine continue à ce moment même de menacer leur existence. Des rapports récents indiquent que l'antisémitisme est en hausse partout dans le monde, même dans les pays où les experts ne l'avaient pas prévu. On estime qu'aujourd'hui l'Ukraine abrite environ 71000 Juifs. Toutefois, certains experts estiment qu'il pourrait y en avoir jusqu'à 225000 vivant à l'intérieur des frontières ukrainiennes. La nation est actuellement en feu, confrontée à des bouleversements sociaux et à des crises politiques et économiques. Au milieu de tout cela, les antisémites élèvent la voix et imputent tous les maux du pays au peuple juif.

Des tracts sont distribués, prétendument par l'Église orthodoxe, affirmant qu'il existe une conspiration juive visant à tuer des enfants chrétiens au moyen de vaccins empoisonnés et appelant les gens à acheter des armes et à tuer les  Yids , leur assurant que la Bible dit que c'est la bonne chose à faire. Il s'agit là d'un discours qui ne ressemble à rien de ce qui a été vu dans cette partie du monde depuis la Seconde Guerre mondiale. En outre, le gouvernement ukrainien serait en train d'envisager une législation qui qualifierait d'ennemis de l'État tous ceux qui aident le peuple juif. Quelle que soit l'origine de ces documents, leur contenu au vitriol alimente les feux de l'antisémitisme présent depuis longtemps en Ukraine.

À l'heure actuelle, notre bureau Project Rescue en Ukraine reçoit des centaines de demandes d'aide de la part de Juifs terrifiés pour leur vie et celle de leurs enfants. Ils veulent désespérément faire leur alyah (immigration vers Israël), et nous devons être là pour les aider. Pendant des siècles, les chrétiens ont laissé tomber à plusieurs reprises le peuple juif, aux moments où il en avait le plus besoin. Je crois que c'est l'occasion pour nous de bien faire les choses! Et nous ne devons pas échouer.


Discerner les temps et les saisons

Dans les écrits des Apôtres, Paul parle à son fils spirituel Timothée. Les lettres ont été écrites à une époque de grand danger, à la fois pour le peuple juif et pour le groupe nouvellement formé qui croyait en Yeshoua comme le Messie, encore appelé la Secte des Naziréens, mais qui sera plus tard appelé Chrétiens. Probablement écrites quelque temps après que l'empereur Néron a commencé sa campagne de persécution, Paul parle des difficultés auxquelles Timothée pourrait bien être confronté, mais il s'adresse également de manière prophétique aux générations futures qui liront les lettres. Yeshoua lui-même avait prédit que des temps difficiles viendraient sur la terre, et Paul a parlé à plusieurs reprises de la  fin des jours . Bien qu'il n'ait pas vécu assez longtemps pour les voir, les paroles de Paul ont résonné à travers les générations, appelant les chrétiens à être vigilants et prêts à affronter tout ce que l'avenir pourrait leur réserver.

 Mais sachez ceci : dans les derniers jours, des temps périlleux viendront; Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, (2 Tim. 3 : 2-4, italiques ajoutés).

Toujours dans sa lettre à l'église nouvellement formée à Thessalonique, Paul passe beaucoup de temps à discuter de la fin des jours, faisant écho aux paroles de Joël, Amos, Sophonie, Ésaïe et Zacharie, tous prophètes d'Israël :  Le grand jour de l'Éternel est proche, Il est proche, il arrive en toute hâte; Le jour de l'Éternel fait entendre sa voix, Et le héros pousse des cris amers. Ce jour est un jour de fureur, un jour de détresse et d'angoisse, un jour de ravage et de destruction, un jour de ténèbres et d'obscurité, un jour de nuées et de brouillards.  (Sophonie 1 :14-15).

 Pour ce qui est des temps et des moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive. Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit... puis une ruine soudaine les surprendra comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont pas. Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres pour que ce jour vous surprenne comme un voleur. Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour... Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres.  (1 Thess. 5 : 1-6 italiques ajoutés)

Il est clair que Paul s'attend à ce que les chrétiens discernent soigneusement les temps et les saisons, ne soient pas surpris par les maux qui surviendront sur la terre et soient pleinement préparés à se conduire d'une manière qui fasse honneur au Dieu d'Israël.

Je suggère que le type d'antisémitisme qui a envoyé des millions de Juifs dans les chambres à gaz et qui menace la vie du peuple juif en Ukraine et dans le monde à ce moment précis de l'histoire est l'indication ultime que nous approchons du jour dont l'Apôtre a parlé.


Appelé à faire une différence

Yeshoua lui-même a dit :  Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis  (Jean 15 : 13). Nos travailleurs en Ukraine risquent en ce moment même leur vie pour aider le plus grand nombre possible de Juifs à sortir de la violence pour se mettre en sécurité en Israël. Nous n'avons aucune idée du temps qu'il faudra avant que cette porte soit fermée.

Vous n'êtes peut-être pas appelé à abandonner physiquement votre vie telle qu'elle est, mais vous pouvez faire beaucoup de choses, où que vous soyez sur le globe.

1. Priez pour que le Dieu d'Israël soit reconnu et honoré alors qu'il agit en faveur d'Israël.

2. Je ne saurais trop insister, sur l'importance pour les chrétiens du monde entier de prier pour le peuple juif, pour nos travailleurs chrétiens en Ukraine qui courent également d'énormes risques, et contre l'esprit d'antisémitisme qui prévaut, balayant le globe.

3. Si nous voulons assister à une augmentation massive de l'alyah au cours de l'année à venir, il est impératif que Bridges for Peace soit prêt. Nous devons disposer du personnel et des ressources nécessaires pour tenir notre promesse d'amitié et d'assistance au peuple juif. Ainsi, au-delà de la prière, les chrétiens doivent donner généreusement pour sauver la vie des segulah de Dieu et, en outre, pour nous aider à répondre à leurs besoins une fois arrivés en Israël. Racontez l'histoire, informez vos amis, votre famille, votre congrégation et votre communauté. Et rappelez-leur que la bénédiction attend ceux qui bénissent Israël!  Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai celui qui te maudira; et en toi toutes les familles de la terre seront bénies  (Genèse 12 : 3).

4. Nous devons également prier pour que l'Église ouvre son cœur à l'appel de Dieu à soutenir Israël. Bien que de nombreux chrétiens soient devenus des partisans d'Israël au cours de la dernière décennie, il reste des millions de personnes dans le monde qui sont ambivalentes, sans instruction ou carrément antisémites. Priez pour que les chrétiens se lèvent comme un seul corps uni, voué à être de véritables amis du peuple juif. Tout simplement parce qu'ils existent.

Immigrer en Israël


Traduction: Diane Fortin


Bibliographie

-- "Why the Jews? A True Understanding. » AISH

Telushkin, Rabbi Joseph. Jewish Literacy. New York: William Morrow & Co, 1991.

Vine, W.E., Unger, Merrill F., and White, William. Vine's Expository Dictionary. USA: Thomas Nelson Publishers, 1985.

Young, Brad H. Paul the Jewish Theologian. Peabody Massachusetts: Hendrickson Publishing, 1997.



Autres ressources

Diprose, Ronald (1998/2004) Israël dans le développement de la pensée chrétienne. Éditeur : La Joie de l'Éternel - Saone, France 256 p.

Gosselin, Paul (2024) Échange avec un antisionniste québécois touchant la situation Hamas-Israël. (Samizdat - 14/2/2024) -> La haine des Juifs chez les progressistes