Vie chretienne Cosmos Arts Engin de recherches Plan du site

Samizdat

Échange avec un antisionniste québécois
touchant la situation Hamas-Israël






Paul Gosselin (14/2/2024)


Introduction

La note qui suit est un extrait d'un échange au sujet de la situation Israël-Hamas avec un antisioniste québécois, un gars doté de diplôme universitaire, un intello. Sur le plan idéologique, ce contact s'identifie à gauche, admirant des penseurs comme Noam Chomsky (juif antisioniste). À ce sujet, il m'avait demandé de lire un livre par un autre antisioniste juif américain. Ce qui fut fait, et suivi de mon compte rendu (en anglais) :

Goliath by Max Blumenthal: A Review. (Paul Gosselin - Samizdat)

De mon côté, je lui ai demandé de lire un livre par la journaliste américaine Joan Peters qui examine l'histoire négligée des juifs au Moyen-Orient avant la naissance d'Israël (sous les régimes islamiques) et examinant les origines de ceux qu'on appelle aujourd'hui les “ palestiniens ”.

Joan Peters' book From Time Immemorial: A Review. (Paul Gosselin - Samizdat)

Il ne semble pas que le livre de Peters ait été traduit en français. Pour ce qui est de l'échange avec l'antisioniste québécois, afin de protéger la vie privée de mon contact, je tais son identité (désormais Albert) et ses messages. Inévitablement ce qui suit ne peut que donner un aperçu partiel de l'échange. Mais puisque la perspective d'Albert est partagée par beaucoup de Québécois (et des grands médias francophones généralement), il m'a semblé utile de diffuser cette note.

En gros, mon contact a rejeté les thèses proposées par le livre de Peters comme ayant étant déjà démentis et réfutés par de nombreux experts universitaires. Mon contact a aussi discrédité Peters ainsi que son travail dans les archives coloniales britanniques (touchant la gestion britannique du Mandat palestinien, 1920-1948). Comme bien d'autres québécois éduqués, mon contact est d'avis que ceux qu'on appelle palestiniens sont les seuls habitants légitimes du territoire occupé par Israël. Ainsi, il considére que l'État d'Israël est illégitime et l'oppresseur des palestiniens...



Albert,

Plus ça change, plus c'est pareil.

J'avoue que mon premier réflexe après avoir lu ta note est de conclure que tu n'as pas lu une seule ligne de Peters, mais que tu as plutôt passé tout ton temps de lecture avec Google à dégotter des articles critiques de Peters et ériger ta réplique là-dessus. Et le fait que dans tes commentaires tu ne cites pas UNE seule fois le texte de Peters rend cette hypothèse plausible... Enfin, c'est juste toi qui sais ce qui est vrai. Mais à des fins de discussion, je vais supposer que t'as bien lu le livre de Peters d'un bout à l'autre. Il est curieux que tu t'identifie à la gauche, car après la Deuxième Guerre mondiale, la gauche appuyait ouvertement Israël (et bon nombre de dirigeants israëliens étaient de gauche), mais comme le note l'article de Tim Black, en 2024 il est manifeste que la gauche appuie plutôt les ennemis des Juifs.

Dans cet échange, il me semble nécessaire de signaler qu'à toutes les époques de tensions économiques ou politiques, les Juifs ont été les boucs émissaires commodes. Avant l'arrivée du christianisme, même dans le monde ancien, les juifs furent persécutés par les Romains, car leur refus de participer au culte de César (exigé de tous les pays soumis par Rome) était considéré antipatriotique et faisait d'eux des sujets insoumis. Au Moyen Âge, l'antisémitisme était religieux (parfois catholique, parfois protestante) et en 1930 l'antisémitisme s'est métamorphosé en “scientifique” et raciste (ou génétique), et en 2024, chez les progressistes comme toi, pour se donner “bonne conscience” leur antisémitisme a eu droit à un makeover. Il est désormais politique, caché derrière un souci de justice. C'est un bon alibi... Ainsi de leur avis ce n'est “pas pareil” à l'antisémitisme des nazis même si au bout du compte ce qui est pareil, c'est que ce sont toujours les juifs qui sont ciblés...  Je suppose que tu ne pourrais jamais admettre que ta soif de “justice pour les palestiniens” n'est qu'un masque pour un antisémitisme inavoué... Mais, puisque depuis l'Holocauste, l'antisémitisme explicite n'est plus “cool” en Occident alors s'afficher “pro-palestinien” passe plus facilement. Pourquoi se soucier d'une cause politique si loin du Québec? À vrai dire ça me semble hypocrite, car de l'injustice il y en a partout. Les Arméniens opprimés et massacrés par les Turques, les chrétiens au Nigéria opprimés et massacrés par les musulmans, les Tibétains oppressés et colonisés par tes copains de gauche en Chine, et idem pour les Ouïghours musulmans en Chine. Dans tous ces cas, il y a injustice claire, mais je suppose qu'il est très commode (et naturel) pour un antisémite que lorsqu'un conflit touche des juifs d'appuyer les ennemis des juifs. Inévitable... Comme :  “ Après la pluie vient le beau temps ”...

Ouais, je me doute que je te fais sauter au plafond. Tu dois te dire : « Comment oses-tu m'accuser d'antisémitisme ? Je n'ai jamais sorti un bat de baseball pour assommer un Juif, peinturé des swastikas sur une synagogue, cassé des vitres de commerces juives ou poussé un juif dans une chambre à gaz ! » Ouais, je suppose que si la seule image que tu as de l'antisémitisme est un agent de la Gestapo qui cogne à la porte d'une maison cherchant des juifs cachés dans l'Europe occupée pendant la Deuxième Guerre ou encore un officier SS poussant des Juifs dans une chambre à gaz, ça peut expliquer ton refus de considérer la question, mais si tu prenais la peine de lire un peu l'histoire des Juifs au cours des millénaires, tu verrais que l'antisémitisme a eu de multiples visages, certains religieux, certains politiques, d'autres séculiers et en 2024, d'autres visages encore... Dans les années 1930 il y avait vague très puissante de haine des Juifs. Lorsqu'une firme allemande proposa à JRR Tolkien une traduction allemande du Hobbit, on ajouta cette condition, c'est-à-dire préciser s'il avait des ancêtres ayriens. La question irrita Tolkien qui répliqua sèchement (1938)

"But if I am to understand that you are enquiring whether I am of Jewish origin, I can only reply that I regret that I appear to have no ancestors of that gifted people.")

Un autre copain littéraire de Tolkien, soit CS Lewis, a exprimé son mépris pour l'hypocrisie et la haine des Juifs d'Hitler. Bien avant que l'horreur de l'Holocauste fut connu, dans une lettre à son ami Arthur Greeves (5 novembre1933) fit ces commentaires cinglantes

...nothing can fully excuse the iniquity of Hitler's persecution of the Jews, or the absurdity of his theoretical position. Did you see that he said 'The Jews have made no contritution to human culture and in crushing them I am doing the will of the Lord.' Now as the whole idea of the 'Will of the Lord' is precisely what the world owes to the Jews, the blaspheming tyrant has just fixed his absurdity for all to see in a single sentence, and shown that he is as contemptible for his stupidity as he is detestable for his cruelty. For the German people as a whole we ought to have charity; but for dictators, 'Nordic' tyrants and so on-- well, read the chapter about Mr. Savage in the Regress and you have my views.

Si on accepte de faire le constat des multiples visages de la haine des Juifs, alors il faut se rendre compte que les écrits des racistes scientifiques universitaires au début du 20e siècle (qui sans doute n'ont jamais personnellement posé des gestes violents à l'égard d'un juif) ont ouvert la porte aux atrocités qui ont suivi pendant l'ère nazie. Ces atrocités n'auraient pas eu lieu sans l'apport de ces intellos, même si personnellement, ils n'ont jamais directement posé de geste violent à l'égard d'un juif... Ideas have consequences... D'autre part, la haine n'implique pas nécessairement des émotions fortes, des émotions d'agressivité. Il peut simplement prendre la forme du mépris et une acceptation tacite/inconsciente que la violation des droits des juifs est chose souhaitable et juste.

Pour une analyse approfondie de l'antisémitisme, je te recommande fortement la première partie (chapitres 1-4) de The Origins of Totalitarianism par Hannah Arendt (existe aussi en français), une politicologue de gauche comme toi. Mais bon, elle était juive aussi... Me permets-tu une brève parenthèse ? Ci-dessous, je crois que CS Lewis (copain de JRR Tolkien) rend assez bien compte du processus psychologique (et le langage progressiste) qui conditionne des individus éduqués à accepter une idéologie totalitaire (1982: 74-75) :

Mais revenons à ta haine des Juifs. Dans le cours de l'histoire, la haine des Juifs a toujours pris des formes diverses. En 1930 il est fort probable que tu aurais été un nazi ou sympathisant nazi, car il ne faut pas oublier que les nazis étaient les progressistes de leur époque. Pour préciser, ce concept de “ Progrès ” a ses racines dans la pensée des Lumières. Je sais TRÈS bien que tu ne t'identifies PAS comme nazi et n'aurais jamais même imaginé porter une croix gammée ou faire la promotion de Mein Kampf. Le problème n'est pas là. Mets donc de côté les émotions un instant et note que si tu te considères progressiste, tu as ce trait en commun le concept de Progrès avec les nazis, à ce détail près que chez les nazis ce concept était véhiculé sous un angle racial. Ainsi les races les plus avancées, les plus progressistes, devaient être favorisées et les autres défavorisées (sinon éliminées...). Le progressisme qui a cours maintenant (à la suite de Gramsci) est plutôt culturel. Autre détail, il ne faut pas oublier qu'au début du 20e siècle le racisme scientifique n'était PAS un truc marginal, mais le CONSENSUS de l'establishment scientifique et universitaire. C'était un truc progressiste. Et le progressisme nazi s'enracinait dans le mythe d'origines matérialiste (aussi connu comme la “Théorie de l'Évolution”).

Je suppose que tu es convaincu que ta haine des Juifs (je sais... tu préfères l'expression Pro-Palestien...) est juste et légitime, mais n'oublie pas que les nazis aussi croyaient que leur haine des Juifs était juste et légitime et allaient même jusqu'à dire que leur violence contre les Juifs était noble et pour le bien de l'humanité. D'autre part, les nazis croyaient fermement au mythe d'origines matérialiste, tout comme tu dois être croyant dans ce mythe (si tu as subi avec succès ton lavage de cerveau universitaire)... Ils étaient de la gauche comme toi, une gauche nationaliste c'est vrai, mais socialiste tout de même. [Nazisme = l'idéologie politique du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP)]. Mais la gauche actuelle préfère oublier de tels détails gênants... L'amnésie est parfois très utile et rentable. En 1943, aurais-tu applaudi leAlbert Camuss Allemands qui ont exterminé tous les habitants du ghetto juif de Varsovie?? Après tout (si on prend soin de restreindre notre attention au bon laps de temps) les Juifs ont tiré les premiers... En 2024 une stratégie (TRÈS efficace) des antisionistes pour discréditer Israël est de présenter tous ceux qui attaquent Israël comme des "victimes" (peu importe les circonstances). Ça marche à tout coup... Excellent comme marketing.

Mais non, essai toi pas de faire la passe “ Hitler était un bon chrétien ”... Je laisse le philosophe athée Albert Camus enterrer ce mème imbécile. Au sujet de l'exploitation rhétorique du concept de dieu par Hitler, Camus fit ce commentaire (1951: 228):

Par ailleurs, l'historien allemand K. D. Bracher révèle un point plutôt méconnu sur le régime nazi (1995: 516):

Alors, si ce mème (“ Hitler, bon chrétien ”...) marche si bien c'est qu'il est très rassurant pour les progressistes de savoir que Hitler n'était PAS un des nôtres... À la fin, le mème “ Hitler était un bon chrétien ” n'est rien d'autre qu'une porte de sortie commode (un “ cop out ” comme diraient les Américains) pour les modernes et postmodernes qui refusent d'examiner les sources de la pensée de Hitler, c'est-à-dire trop près des leurs... Je sais, je te sors de ta “ zone de confort ”, mais c'est à des fins thérapeutiques...

Dans cette discussion, il faut noter que chaque système idéologico-religieux a ses particularités. Si le judaïsme et le christianisme comportent le concept de repentance, c'est-à-dire une remise en question sérieuse des attitudes et/ou comportements de l'individu (ou d'institutions sociales), les systèmes idéologico-religieux modernes ou postmodernes ne comportent PAS un tel concept. Il est vrai que la remise en question d'institutions sociales prend souvent des générations à porter des fruits. Mais c'est ainsi que dans l'Occident chrétien, l'esclavage fut aboli par des chrétiens comme William Wilberforce. J'ai d'ailleurs entendu dire que si Wilberforce n'avait pas réussi son coup à la fin du 18e siècle, plus tard lorsque l'influence chrétienne en Occident avait diminué, c'eut été impossible. Tout cela nous amène à la conclusion que si la Renaissance, avec sa grande admiration pour les Grecs et les Romains païens, avait réussi à devenir la vision du monde dominante en Europe, déplacer/supplanter le christianisme et à fournir les bases de la civilisation occidentale, l'esclavage, au lieu d'être aujourd'hui une note de bas de page du passé de l'Occident, serait encore une réalité de la vie quotidienne au 21e siècle. Nous vivrions alors dans une société où le chauffeur de bus qui passe devant chez toi serait un esclave, l'employée de la garderie/pouponnière serait une esclave, la caissière de Wallmarts, l'enseignante d'école primaire et le conducteur du camion à ordures seraient tous des esclaves... Des marchandises à acheter et à vendre. Fort probable que l'on pourrait, sans problème, faire l'achat d'esclaves sur Amazon... Et dans son Par-delà bien et mal Friedrich Nietzsche offre cette observation surprenante au sujet des répercussions politiques du christianisme APRÈS la Réforme (1886/2000:160):

Mais un postmoderne cohérent refuse TOUJOURS une remise en question sérieuse ou admettre les conséquences de sa vision du monde. Ça explique un commentaire de ta part sur la Corée du Nord dans un de nos échanges. Même dans l'absence de régimes socialistes qui ont fait la démonstration de protéger la liberté individuelle tu fais carrément acte de foi qu'un socialisme protégeant la liberté individuelle peut exister, même si l'histoire politique du 20e siècle le dément à chaque fois. C'est ce qu'on appelle une “ foi aveugle ”. Et dans les cas où le socialisme n'a pas complètement bousillé les droits et la liberté, c'est seulement parce que dans ces (rares) cas, on n'a pas éliminé sans merci tout vestige de convictions judéo-chrétiennes dans la société en question. Mais lorsque les socialistes procèdent à éliminer systématiquement toute compétition idéologique, alors le résultat est TRÈS prévisible et inévitable...

Ayant discuté avec d'autres du même avis que toi, je constate que ce genre d'antisémitisme est généralement transmis de génération en génération. Ton antisémitisme tu l'a bouffé en milieu familial? Ça te vient de ton père?? D'un oncle ou autre personnage significatif qui passaient des commentaires sur les “maudits juifs”? Réfléchie, quelle en est la source?? Qui te l'a inoculé? Tu n'es pas né comme ça... Ils t'ont fait quoi les Juifs personnellement pour que tu les détestes à ce point (du moins assez pour applaudir leurs ennemis)??

Tu n'es pas le premier gars de gauche m'exprimant une perspective semblable. Un autre contact de gauche m'a signalé que lorsqu'il est question du Moyen-Orient, il était inapproprié de parler d'antisémitisme, car une bonne part de ceux qu'on appelle “ palestiniens ” sont d'origine arabe et les Arabes sont sémites tout autant que les Juifs. Ce qui est juste (mais tenant compte aussi du fait que ce ne sont PAS tous les individus parlant la langue arabe qui sont Arabes sur le plan ethnique... Plusieurs “Palestiniens” sont donc d'origine syrienne, égyptienne, iranienne, etc...). Tenant compte de cette réalité, il me semble plus juste de parler simplement de “haine des Juifs” plutôt que “d'antisémitisme”. Ça offre moins d'ambigüité et ça va au coeur du problème... Et dans le contexte actuel où l'anti-sionisme est la forme dominante de haine des Juifs, l'État d'Israël ne fait que regrouper/représenter les Juifs... C'est donc la cible parfaite...

D'abord, il faut noter qu'au Québec (et en France) l'antisémitisme a de profondes racines. En France, Louis de Funés a tenté d'aborder l'antisémitisme via l'humour, avec son film Les Aventures de Rabbi Jacob (1973). Au Québec, c'est avant tout le catholicisme qui a nourri cette haine et méfiance initialement (à ce sujet voir l'article par Gomes). Dans les années 1990 j'ai été sur un projet de recherche universitaire qui exigeait que j'épluche des revues de pédagogie québécoises des années 1930. Ce faisant j'ai découvert un article qui discutait ouvertement (et sans critique) d'un village au Saguenay qui avait pris la décision d'installer à l'entrée du village une grande pancarte affichant le message bienveillant "On ne veut pas de Juifs ici !". Pas très subtile hein? Mais il est clair que le passage au Québec séculier depuis la Révolution Tranquille (des années 1960) cette haine des Juifs n'est PAS disparue, mais s'est métamorphosée et maintenue (voir amplifié).


Adrien Arcand, un fasciste antisémite bien de chez nous

C'est ce qui nous conduit au cas du fasciste québécois (et “führer canadien”) Adrien Arcand (1899-1965), un bon progressiste québécois, qui dans les années 1930 a tenté de démarrer un parti fasciste et antisémite au Canada. Et la cerise sur le Sunday, Arcand sympathisait avec le parti nazi de Hitler. Je gage que tu n'as jamais entendu parler de lui dans tes cours d'histoire? Même après avoir été interné pendant la Deuxième Guerre mondiale, il n'avait pas changé d'avis et vendait toujours sa salade de la haine des juifs... Cet article du Devoir (2010) note à son sujet :

Et ces gars sont tous des progressistes comme toi. À la même époque, au Canada anglais il y eut l'antisémite Goldwin Smith, autrefois l'idole de l'intelligentsia torontoise, qui fut le mentor de Mackenzie King. Plus tard, ce dernier devint le premier ministre du Canada qui rejeta en 1939 la demande d'asile des 900 réfugiés juifs allemands du navire le St Louis. Ces réfugiés furent tous retournés en Europe où la majorité mourut dans les camps de concentration nazis. On oublie facilement. Notre histoire n'est pas aussi pure qu'on pourrait vouloir le croire. Le Canada a donc fait sa contribution à l'Holocauste. En 2024 tout ce qui a changé est que la haine des Juifs dans cette génération est désormais plus subtile, un peu du moins honnête. Il s'agit plutôt d'un antisémitisme politique qui fait d'Israël, la poubelle dans laquelle on vide toutes ses frustrations. Ça c'est bien plus simple que de chercher la source véritable des problèmes dans cette partie du monde.

Note sur Arcand par le Musée du Montréal Juif


Le cul-de-sac de notre échange?

Je sais, on pourrait vite conclure que cet échange va nulle part et "We can agree that we don't agree", mais il est tout de même instructif et utile de savoir pourquoi on ne s'entend pas sur le conflit Hamas-Israël. Ce n'est que très superficiellement un “désaccord politique”, mais à vrai dire un désaccord plus fondamental, c'est-à-dire idéologico-religieux.

Moi je suis chrétien et toi postmoderne. En tant que chrétien je peux mettre sur la table mon texte sacré, la Bible. Je considère que c'est CE texte qui donne sens à la vie et explique la condition humaine. La majorité des systèmes de croyances idéologico-religieux ont un texte sacré. Chez les musulmans, il y a le Coran et les Hadiths, chez les Indus, le Veda et les Upanishads. Chez les bouddhistes, le Tripitaka et les Sutras. Chez les Taoists, il y a le Dao de Jing. Les idéologies modernes issues des Lumières ont maintenu cette tradition d'un texte sacré explicite. Les nazis par exemple ont Mein Kampf et les marxistes ont Le Capital et Le manifeste du parti communiste. Mais les postmodernes sont plus hypocrites et n'avouent aucun texte sacré explicite. Si tu ne peux pas me dire facilement (et sans réfléchir plus de 20 secondes) quel est ton texte sacré, c'est-à-dire le texte qui donne sens à TA vie et que tu considères VRAI et supérieur à tous les autres, alors tu es inévitablement un postmoderne. T'inquiètes, y'en a des millions d'autres occidentaux éduqués dans ce cas. Cela rappelle ces observations de la psychologue Dorothy Rowe (1982: 15)

Et si tous les systèmes de croyances modernes rejettent l'autorité de la Bible, ils ne rejettent tout de même pas le concept de Vérité (mais le placent dans “la Science”). Chez les postmodernes, on va plus loin et on rejette non seulement les prétentions de la vision du monde judéo-chrétienne, mais le concept même de la Vérité, même s'il s'agit d'une vérité basée sur la science... C'est ce qui fait qu'on les appelle postmodernes... Avancer une vérité basée sur la science ce serait de leur point de vue que du néo-colonialisme intellectuel, évidemment... Ainsi, si le postmodernisme est une réaction non seulement au système moderne, il est également la poursuite logique de la réaction moderne au système judéo-chrétien.

Chez les postmodernes, la seule vérité qui leur reste est l'individu, ses pulsions et ses désirs. Comme le dit le lieu commun, “ Chacun a sa vérité ”, mais sans se poser la question ce que vaut une vérité qui n'est vraie que pour un individu... Malgré leur mépris pour la science occidentale, le darwinisme reste utile aux postmodernes, car il leur est utile pour mettre à la porte le “Casseur de Party céleste”, soit le Dieu Souverain devant qui tous auront des comptes à rendre un jour au Jugement dernier. Naturellement, ce que le postmoderne DÉTESTE par-dessus tout est le concept de jugement, c'est-à-dire l'idée qu'il y a Quelqu'UN qui va me dicter, mon comportement moral, sexuel ou intellectuel. Évidemment le concept de jugement contredit violemment le fond du système de croyances postmoderne, c'est-à-dire qu'il n'y a AUCUNE autorité au-dessus de l'individu ni (et c'est TRÈS lourd de conséquences) au-dessus de l'État. Cela fait donc des postmodernes, les pions les plus serviles au service de l'État et de toute sa propagande. Ils n'ont AUCUN point de repère pour remettre en question ou critiquer l'État. Devant les abus de pouvoir de l'État, cela réduit le postmoderne comme toi, dans le meilleur des cas, à des réactions émotives “Je n'aime pas vos décrets”. Et l'État répliquera inévitablement: “On s'en fout complètement”. Et les universités produisent des masses de postmodernes. Pense aux vers de terre que tu as rencontrés dans le système de l'État québécois, ces vers de terre dont la conscience est dicté par leur chèque de paie et rien d'autre... Ce sont des postmodernes cohérents, serviles est manipulables. Tu n'a rien pour critiquer l'État, car sans VÉRITÉ, sans point de repère absolu, tu n'as que des émotions aléatoires...


Universités – institutions idéologiquement neutres?

J'avoue que ça me semble extraordinairement naïf que tu évoques les universités comme des “bastions de savoir neutre et objectif” (sur la question Israël/Hamas, ou tout autre...). Je pense qu'il faut voir les universités comme des institutions intrinsèquement idéologiques. Mais bon, si ton lavage de cerveau universitaire a été subi avec succès, sans doute qu'une telle affirmation te semblera incompréhensible voir inadmissible... Au 20e siècle, les universités ont été sous la coupe de systèmes idéologico-religieux modernes (issues des Lumières) et depuis, sous la coupe du système de croyances postmoderne. Pour te situer un peu plus sur ce concept, lis mon article

Quel est le système de croyances dominant au XXIe siècle?

Pour ce qui est de l'idéologie postmoderne, on fait donc face à un système de croyances qui REJETTE catégoriquement tout concept d'une loi morale au-dessus de l'individu. C'est au coeur de ce système de croyances. Même la science est remise en question/méprisée par les postmodernes les plus cohérents (car colonialisme du savoir occidental...). Tout ça nous conduit au cœur du conflit idéologique des universités avec Juifs. Puisque les Juifs sont porteurs de l'affirmation que tous, grands et petits, ont des comptes à rendre à leur Créateur, alors cela fait naturellement des universités les ennemis idéologiques des Juifs. Ainsi, du point de vue postmoderne, les Juifs sont donc des hérétiques intolérables... C'est ça le coeur véritable du problème. Ce conflit idéologique a été admirablement résumé à sa plus simple expression par l'historien irlandais Thomas Cahill disant (1998: 152-153)

Et si le commentaire de Cahill s'applique aux chrétiens du passé qui ont persécuté les juifs, cela s'applique plus encore aux élites postmodernes qui DÉTESTENT de manière absolue l'idée que nous devrons tous rendre des comptes devant le Grand Législateur. Mais comme le note Cahill, pour être tolérable, cette haine se fait hypocrite, devient subliminale, inconsciente... Après tout, tout en haïssant le Juif, en général on trouve utile de maintenir au moins l'illusion de se donner pour “ une bonne personne morale ”. Il y a des considérations marketing dont on doit tenir compte ...

Au sujet de ces Juifs que les postmodernes considèrent si intolérables, voici un extrait du livre Modern Fascism par l'historien Edward Veith (pp. 45-46), qui examine l'antisémitisme du littéraire fasciste américain Ezra Pound, mais, ce faisant, expose le conflit idéologique qui rend les Juifs (orthodoxes) si intolérables aux universités.

--------------

-----------------

Voici un truc tiré de mon champ d'études, l'anthropologie sociale (champ d'études fondé par des progressistes/dévots des Lumières). Avant la Deuxième Guerre mondiale, presque tous les anthropologues étaient racistes et eugénistes, car il y avait une abondance de chercheurs prônant le racisme scientifique. À la source de ce courant de pensée, Francis Galton, le cousin de Charles Darwin, a fondé ce système de croyances raciste (enveloppé de l'aura de la science...). Ainsi le racisme scientifique était le truc progressiste de l'époque, car il était naturel de favoriser les races plus avancées ou évoluées et étouffer ou éliminer les races moins évoluées. Et après que les horreurs de l'Holocauste furent connues du grand public, alors tous ces mêmes anthropologues ont gardé leurs postes de profs universitaires et sont devenus (sans remords de conscience...) partisans de la Déclaration universelle des droits de l'homme et chantaient tous en cœur “On est tous frères!” Ouais, bandes d'hypocrites...

Les historiens se sont parfois demandé comment une culture aussi raffinée et avancée que celle de l'Allemagne sur le plan artistique, scientifique et intellectuel ait collaboré si facilement et si activement au sadisme de l'idéologie et de l'État nazi. Une éducation moderne n'est-elle pas une barrière efficace au totalitarisme ? Au sujet de l'ouverture des universités à la haine des Juifs (et au totalitarisme), le biologiste Pierre-Paul Grassé nous fait cette leçon d'histoire (1980: 44):

Albert EinsteinOuais, et ce même Heidegger que Grassé mentionne est toujours vu comme un intellectuel cool dans nos universités... Il est toujours étudié... Il a toujours de l'influence (en particulier chez les philosophes postmodernes). On ferme les yeux sur ses liens avec le nazisme. Tout est oublié... Interviewé en 1940 Einstein observait ce qui suit au sujet de la servilité des universités lors de la montée du nazisme en Allemagne (Anonymous 1940):

Au sujet de la pénétration de l'idéologie nazi chez les intellectuels allemands, le juriste et historien britannique Robert Cecil remarquait (1972: 69):

Le caractère germanique primordial [du nazisme] fut dérivé en partie d'un nationalisme allemand exagéré et en partie d'une adaptation particulièrement perverse du darwinisme social. Des hommes tels que Lagarde et Moeller V.D. Bruck, qui pouvaient se vanter encore moins que H. S. Chamberlain de leurs connaissances scientifiques, avaient appliqué aux êtres humains, de manière grossière, l'hypothèse de la lutte pour la survie. Et de là, par le biais d'analogies, on avait considéré les nations et les races comme soumises aux mêmes lois inexorables. Là où Nietzsche[1] avait rejeté cette perversion du concept darwinien original, les esprits superficiels l'avaient appliqué au-delà de toute raison en divisant, de manière arbitraire, les nations entre celles qui sont encore jeunes, vigoureuses et destinées à survivre et celles qui sont vieilles, repues et condamnées au déclin. L'écrivain géopolitique Karl Haushofter, admiré par Hess, était profondément infecté par ce virus. Inutile d'ajouter que l'Allemagne fut classée dans la première catégorie, la Grande-Bretagne et la France dans la seconde. Le statut de la Russie pouvait varier : Moeller v.d. Bruck et Haushofer la mettent entre parenthèses avec l'Allemagne ; Rosenberg considère la Russie comme en déclin, en raison des influences judéo-bolchevistes.*

Toujours au sujet des universités sous les nazis, un ouvrage du scientifique américain Jerry Bergman signale que la majorité des intervenants à la conférence de 1942 à Wannsee (qui mit en marche la Solution Finale, programme d'extermination nazi des juifs européens) étaient des diplômés universitaires...

Eh oui, il faut faire face au fait que le concept de la Solution Finale a été pondu par des progressistes universitaires comme toi et non pas par des théologiens ou du clergé et que les sentiments antisémites les plus violents ont trouvé une place (confortable) dans les universités. Et en 2024, pourquoi serait-ce différent??

Dans son essai Grammaires de la création, le critique littéraire George Steiner (et Juif séculier) réfléchit sur les causes de l'Holocauste et admet à contrecoeur que le milieu progressiste/Lumières a posé aucun obstacle à la Solution Finale (2001: 12-13) :

Toujours au sujet du nazisme, l'historien allemand Karl Dietrich Bracher décrit le processus par lequel le racisme scientifique (incluant l'antisémitisme) a pénétré les milieux intellectuels progressistes (tant en Europe qu'en Amérique) au 19e siècle et, par ricochet, les milieux populaires au début du 20e siècle (1969/1995: 35)

La même époque vit apparaître, sous l'influence de la théorie darwinienne de l'évolution, un " socio-darwinisme ". Se référant aux récentes découvertes sur les lois naturelles de l'évolution et de la sélection, les tenants de ce "darwinisme social " érigèrent en postulat la “ lutte pour l'existence " et le " droit du plus fort ", comme bases de la vie en société. Avec le triomphe des sciences modernes de la nature, l'histoire et le destin des peuples apparaissaient eux aussi comme des processus biologiques: la qualité et le degré d'avancement des peuples et des races décidaient, comme dans la nature, de la sélection, de la survie, de la victoire d'une population sur une autre.

La seconde moitié du XIXe siècle a pu être qualifiée d'ère darwiniste. Otto Ammon, Georges Vachet de Lapouge, Madison Grant, ainsi que, dans ses premières œuvres, l'important sociologue Ludwig Gumplowicz, tentèrent, tout en aboutissant d'ailleurs à des conclusions fort différentes d'appliquer les récentes découvertes de la biologie à la sphère socio-historique. Tandis que Gumplowicz abandonnait cette voie, un de ses disciples, Ludwig Woltmann, devait élaborer une forme extrême du socio-darwinisme, qui fut reprise par l'idéologie nationale socialiste.

Depuis l'attaque de Hamas contre des civiles israéliens le 7 octobre 2023, les grandes universités américaines ont fait non seulement la démonstration que la haine des Juifs est bien vivante sur leurs campus, mais que la direction de ces universités était bien disposé à tolérer (sans réprimande ou sanction) les appels à la mort des Juifs sur leurs campus. Dans un article publié en 2005, Dennis Prager faisait le constat d'un nouveau genre d'antisémitisme répandu dans les universités américaines. Se citant lui-même plus tard, il explique le phénomène de l'antisémitisme (métamorphosé en antisionisme) en milieu universitaire et expose le cœur du concept profondément hypocrite d'antisionisme (2024)

Suite au commentaire de Prager, j'ajouterais que même si les deux sont détestables, je préfère la haine explicite des Juifs chez les nazis à la haine hypocrite/implicite des Juifs exprimée par les progressistes postmodernes... Le journaliste américain Douglas Anthony Cooper note (2011) que dans les années 1960 le pasteur Martin Luther King avait très bien compris la chose et lors d'un souper apostropha un invité en disant :


Quelques exemples de haine des Juifs en milieu universitaire américain en 2023-24 (ou chez les partis de gauche traditionnel).

Genocide and Jews at Harvard The double standards and triple speak that have overrun elite academia showed their truest colors yesterday; and the firestorm that has followed may actually matter. ((Alex Berenson - Unreported Truths - 7/12/2023)

Pourquoi la gauche caviar universitaire américiane tolère les appels au génocide d'Israël. (P.-E. Ford - Contrepoints - 21/12/2023)

Jewish Students Sue Harvard For Failing to Stop Anti-Semitism While Threatening Discipline For Fatphobia. (Daily Wire)

Board Chair Penny Pritzker dodges questions on Harvard's anti-Semitism problem. (Rebel News)

Harvard Slapped With Congressional Subpoena Over "Failure To Satisfy" Antisemitism Probe. (Tyler Durden - Zero Hedge - 16/2/2024)

Starmer Faces Pressure to Investigate Five More MPs and Candidates Over Antisemitism. (Nick Gutteridge; Genevieve Holl-Allen; Dominic Penna; Amy Gibbons/The Telegraph - Will Jones/ Daily Sceptic - 14/2/2024) -> antisémitisme de la gauche (Labour Party) en Angleterre...

Berkeley Administrators Have Offered No Apology to Israeli Speaker Accosted by Anti-Semitic Mob Ran Bar-Yoshafat invited to speak to a campus Jewish group. (Susannah Luthi - The Washington Free Beacon - 1/3/2024)

Liberal Jews sit silent as fellow Jews are pogromed by the left's nasty little "POC" pets… (Revolver - 4/3/2024)

I Used to Run Columbia's Pro-Israel Group. This Anti-Semitism Is Nothing New. (Michael Shapiro - DailyWire - 22/4/2024)

It's Beginning to Look a Lot Like 1938: "The environment at Columbia University is absolutely dreadful." (Deroy Murdock - The American Spectator - 23/4/2024)

How anti-Semitism became a virtue on American campuses: The anti-Israel camps taking over elite universities are a physical manifestation of the DEI agenda. (Joanna Williams - Spiked - 25/4/2024)

After harrowing escape, survivor of Oct. 7 Hamas attacks faces death threats and doxxing in US Sanandaji said on the "Just the News, No Noise" TV show that her phone number was posted on a website, which led to threats. (Charlotte Hazard - Just the News - 28/4/2024)

The myth of Saint Corbyn: Hamas' pogrom on 7 October should have shattered his phoney moral authority for good. (Tom Slater - Spiked - 27/5/2024) -> Corbyn was the leader of the UK Labour Party -> gauche


Comme on le voit ci-dessous, le président de MIT trouve la haine des juifs un sujet rigolo...

MIT chairman LAUGHS at questions about school's antisemitism problem : Ezra Levant asked about anti-Semitism at MIT, and Mark Gorenberg's response was laughter, a dismissive snort, and a refusal to answer, followed by a hasty retreat into the nearest building. (Rebel News - 19/1/2024)

 

Dans l'article suivant (en anglais), Abramson explique le développement de la pensée unique progressiste (Groupthink dans l'article) en milieu universitaire, pensée unique qui assure le conformisme et la servilité des diplômés (et assurant une place confortable à la haine des juifs).

Bruce Abramson (2024) The Root Cause of Academic Groupthink...

Ainsi ça ne doit donc PAS étonner que le milieu universitaire occidental soit, à peu d'exceptions près, unanimement antisémite. Il faut s'ouvrir les yeux et voir les universités comme ils le sont, c'est-à-dire non pas des institutions neutres, mais carrément des institutions IDÉOLOGIQUES au même titre qu'une madrasa (collège islamique). Si le système de croyances moderne a encore quelque pouvoir dans ce milieu ce sont surtout les postmodernes qui dominent le milieu universitaire actuellement. Et à leurs yeux le peuple juif est un ennemi pour la simple raison qu'il est porteur d'un récit qui fait du juif (orthodoxe) un hérétique aux yeux des modernes et postmodernes, c'est-à-dire le récit qui affirme qu'il y a un Créateur de la famille humaine et que TOUS, grands et petits, auront des comptes à rendre devant Lui. C'est ÇA le cœur du conflit.


Le “ génocide à Gaza ”...

Il faut noter que parler de « génocide à Gaza » dans le contexte du conflit Hamas-Israël est sans fondement. Demandez leur avis aux peuples qui ont subi un génocide véritable. Les juifs d'abord, ensuite les Arméniens (aux mains des Turcs au début du 20e siècle)... Dans les deux cas, ces peuples ont été massacrés sans avoir fait le moindre geste agressif vis-à-vis leurs agresseurs.

Mais touchant le conflit Hamas – Israël, Hamas a clairement initié ce guerre en ciblant délibérément des civils avec des viols, tuant hommes, femmes, jeunes, vieux, et enfants, procédant à des kidnappings, des décapitations et en filmant le tout pour s'en vanter, chose que même les nazis n'ont pas pensé faire. À la fin, parler de “ génocide à Gaza ” n'est rien d'autre qu'une propagande hypocrite et un crachat de mépris au visage du peuple juif. Si Hamas a initié une guerre, ils ne doivent pas s'étonner qu'on leur fasse la guerre... Il est vrai que parler (TRÈS fort) d'un “ génocide du peuple palestinien ” est utile sur le plan propagande, car cela permet de détourner l'attention du rôle de Hamas dans cette situation. C'est une manœuvre fort adroite... Mais si tu insistes toujours de parler de “ génocide à Gaza ” alors dans cette logique alors il te serait nécessaire de considérer que dans les derniers mois de la Deuxième Guerre mondiale les Alliés (Grande-Bretagne, Canada, États-Unis, URSS) n'ont pas vaincu le régime nazi comme ils disent, mais ont été coupables d'un génocide contre l'Allemagne. Après tout à partir de 1943, les attaques des Alliés ont fait des milliers de morts et de blessés chez les civils en Allemagne. C'est un fait historique. Es-tu prêt à aller jusque là, c'est-à-dire affirmer que la fin de la Deuxième Guerre mondiale ne doit pas être considéré une victoire conte le nazisme, mais dans les faits un génocide perpétré contre le peuple Allemand ? Sinon pourquoi pas ? Et si tu refuses de parler de génocide contre les Allemands pendant la Deuxième Guerre (et donc que les Allemands étaient les victimes innocentes de la violence des Alliés), alors il te faut larguer ce concept même dans le cadre du conflit Hamas-Israël... Question de logique et de cohérence...

Voici des trucs inconcevables pour toi, un ex-terroriste (Fatah) qui aujourd'hui supporte Israël.

Former Palestinian Terrorist Slams Hamas: 'Brought Disgrace to Our People' : Mohammad Massad was pulled into terrorism against Israel as an eight-year-old boy. Now he lives with "the same rights as any Israeli Jew." (Daily Wire)

Son of Hamas Co-Founder: Anti-Semitism Is 'Anti-Success And It's Anti-Civilization. It's Pro-Chaos.' (Hank Berrien - DailyWire- Feb 14, 2024)


Anti-sionnisme et subtile haine des Juifs dans les médias québécois

Voyons quelques exemples de haine subtile des Juifs dans les médias québécois. Pour éviter les malentendus, il n'y a, dans les exemples qui suivent, aucune déclaration ouverte de haine à l'égard des juifs ou de l'État d'Israël (qui représente aujourd'hui la majorité des juifs sur terre). Nos élites postmodernes sont bien trop hypocrites et manipulateurs pour exprimer ouvertement leur haine...

L'article suivant du quotidien Le Devoir entretien (implicitement) le préjugé que les Juifs ont de petits privilèges et droits que n'ont pas les Québécois ordinaires...

Manifestations antisémites interdites près de bâtiments de la communauté juive de Montréal. (Patrice Bergeron - Le Devoir – 8/3/2024)

Tiens, le gouvernement limite les droits des autres Québécois de se rassembler ?? Encore un privilège des Juifs... Mais dans d'autres articles le même quotidien ne se gène d'aucune manière de jouer le rôle porte-parole de Hamas.

Le Hamas accuse Israël d'un “carnage” lors d'une distribution 'daide humanitaire à Gaza. (Guillaume Lavallée - Le Devoir – 1/3/2024)

L'“apartheid” d'Israël contre les Palestiniens pire qu'en Afrique du Sud, accuse Pretoria. (Richard Carter - Agence France-Presse et Julie Capelle - Agence France-Presse – Le Devoir – 20/2/2024)

De tels articles permettent aux éditeurs du Devoir de donner l'impression de faire du journalisme objectif, rapportant les faits, mais manifestement ils ne donneraient jamais voix à une critique sérieuse de la propagande de Hamas ou à une perspective pro-Israël... Ceci dit, cette façade de journalisme objectif, conduit toujours le lecteur naïf dans la bonne direction et le rend apte à tirer les bonnes conclusions...

Il est utile de prendre conscience du fait que la subtile tendance anti-israélienne du Devoir s'inscrit dans une tendance plus large de haine de soi (ou, plus précisément, une haine de la civilisation occidentale) chez les élites occidentales postmodernes en général (chez les anglophones, on parle de “ Western self-loathing ”). Depuis plus d'une génération, les universités enseignent aux étudiants que l'héritage culturel occidental, en particulier l'héritage judéo-chrétien, est oppresseur, détestable et méprisable. Cette attitude se manifeste chez les médias entre autres lorsqu'ils traitent de l'immigration en Occident. En raison de cette tendance à la haine de soi des élites occidentales postmodernes, les médias occidentaux sont prisonniers d'une auto-culpabilisation de l'Occident au sujet de son mythologique passé colonial (comme si c'était la seule chose qui définissent l'Occident[1a]), ce qui conduit à affirmer que même les immigrants illégaux ont le "droit" de venir ici (qu'il s'agisse ou non de criminels ou de terroristes). Il ne viendrait JAMAIS à l'esprit d'un média occidental comme Le Devoir d'examiner d'un œil critique les régimes que ces immigrants fuient et de poser des questions sérieuses sur les raisons pour lesquelles ces régimes ont oppressé leurs propres citoyens au point qu'ils ne voient d'autre solution que de partir de leur lieu de naissance. Non, les médias occidentaux en général sont tellement enfermés dans cette haine de leur propre civilisation qu'une telle pensée ne leur viendrait JAMAIS à l'esprit. Le discours ultra-culpabilisant des médias ne vise donc que l'Occident.

Si pour certains le concept de la haine de l'Occident chez les élites postmodernes peut sembler nouveau, inconcevable, voir irrationnel, le phénomène est très large et se manifeste dans une grande variété de contextes. Voyez quelques exemples.

Au Québec on peut penser à l'interdiction des symboles religieux (croix) et prières dans les institutions publiques. D'autre part, en 1997 il y a l'abolition des commissions scolaires confessionnelles et en 2008, malgré les protestations de la population, l'imposition d'un catéchisme postmoderne par l'État québécois (nouvelle religion d'État) sur l'ensemble de la population scolaire québécois, soit le cours d'Éthique et culture religieuse. Évidemment le concept d'État laïque[2] sert d'excellent prétexte/écran de fumée pour ce programme. Au Canada, le parti fédéraliste Bloc Québécois a introduit un projet de loi[3] afin d'éliminer tout recours à la liberté d'expression religieuse lors d'une poursuite pour discours haineux. Aux États-Unis, la haine de la culture occidentale chez les élites a pris diverses formes dont l'abolition des prières dans les écoles publiques (1962) et, plus récemment, la forme de gestes de vandalisme ciblant des statues représentant des héros militaires ou culturels. Le prétexte pour ces attaques est souvent des allégations que les personnages visés ont été propriétaires d'esclaves. En Angleterre, on est même allé jusqu'à mettre en état d'arrestation une dame faisant une prière silencieuse devant une clinique d'avortement et des prédicateurs de rue sont également menacés d'arrestation[4]... L'État postmoderne n'est pas allergique à l'Inquisition et met même en place son Thought Police... Et sur Internet Big Tech est volontaire pour jouer ce rôle[5]. Un peu partout en Occident, les universités sont les promoteurs et évangélistes de la haine de la culture occidentale et s'évertuent à abolir l'étude des auteurs classiques (chrétiens et même païens grecs ou romains). L'héritage culturel occidental est soit banni ou méprisé. Cela trouve aussi son expression dans des actes de vandalisme ciblant des icônes de la culture artistique occidentale comme en 2022 les vandales lançant de la soupe sur des tableaux de Van Gogh[6] ou en Angleterre l'organisme paragouvernemental Prevent, se lance dans la censure contre des auteurs renommés comme George Orwell, JRR Tolkien et CS Lewis[7].

Et cela se répercute sur l'opinion des médias occidentaux à l'égard d'Israël, car là encore, la haine de soi des élites occidentales postmodernes les conduisent inévitablement à considérer Israël comme faisant partie du "colonialisme occidental". Ce n'est donc pas un hasard que le Devoir se plait à répéter l'accusation d'Apartheid en Israël. L'Apartheid c'est justement le summum de l'oppression impérialiste. Puisqu'aux yeux des élites postmodernes Israël est identifié comme une partie de l'Occident et plus particulièrement véhicule de l'héritage judéo[chrétien] cela explique pourquoi Israël a aussi droit à la haine des médias postmodernes. Il en résulte que ces mêmes médias ne poseront JAMAIS de questions sérieuses sur le comportement politique ou administratif d'Hamas ou de ses abus des droits de ses propres citoyens, les utilisant comme boucliers humains lorsque cela lui est utile à des fins de propagande (et renforcer son statut de victime)...



Postface

Voici une question ultérieure posée à mon contact qui se réclame une vision du monde agnostique, sinon progressiste et sur le plan politique, à gauche...

Mais si tu te dis “agnostique” ceci n’exprime que le fait que tu n’est pas chrétien. On le savait tous les deux. C’est une affirmation vide de sens... Ça n'indique seulement ce que tu n'est pas...

Peux-tu exprimer POSITIVEMENT ce en quoi tu crois? Ce n’est pas essentiel que tu me cites un “texte sacré”, mais tu dois pouvoir exprimer au moins quelques dogmes ou croyances auxquels tu adhère. TOUS on un système de croyances, donc des dogmes (explicites ou implicites) qui donnent sens à la vie. Par exemple l’affirmation “La Science est la Vérité” est une croyance.

C’est un exercice utile. Je suis sûr que t’es capable d’y arriver.

En lien avec le conflit Hamas – Israel, et aussi avec ma question sur ton système de croyances personnel, d’où tires-tu ton soucie de justice? Tu te base sur quoi pour réclamer ”la justice” à l’égard des palestiniens (ou pour tout autre groupe)? Comment définis-tu justement ce concept de justice et de quelle manière ton système de croyances permet de fonder ce concept ? Est-ce cohérent ?

Ou, posée d’une autre manière, comment ta vision du monde/idéologie supporte le concept de justice?

Eh non, ne me sors pas une réponse du genre “Tout le  monde sait que...” car cela revient à admettre que t’as pas sérieusement réfléchi à la question... Mais pour répondre, il va sans dire qu’il faut avoir réfléchi sérieusement à ce que toi, Albert X, croit vraiment.

Dans les dernières lignes de son essai Le hasard et la nécessité, Jacques Monod (biochimiste français renommé) a exploré la logique morale où abouti le mythe d'origines matérialiste auquel tu adhères (Monod 1970: 194-195):

L'ancienne alliance est rompue; l'homme sait enfin qu'il est seul dans l'immensité indifférente de l'Univers d'où il a émergé par hasard. Non plus que son destin, son devoir n'est écrit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les ténèbres.

Et si, comme le dit Monod que le devoir de l'homme n'est écrit nul part, alors la justice ne l'est pas non plus. Ce qui pose la question, "D'où sors-tu ton concept de justice ?" Lors d'une réunion du Parti Commnuiste en novembre 1938 Mao Zedong exprimait cette logique un peu plus brutalement: « Le pouvoir est au bout du fusil. » Enfin, et la moralité et la justice aussi... En somme, le plus fort établi la justice qui LUI convient...

Jusqu'ici je n'ai pas eu de réponse à ces questions. Questions qui ressemblent d'ailleurs à celles que je posait à l'athée britannique Paul Baird dans un long échange. Le tout commença en lui demandant ce qu'il pensait d'une citation du marquis de Sade...

 


Références


--- (2024) Former U.S. Official: Israel Held to Standard no Other Country Has Ever Been Held to; Hamas Doesn't Want Ceasefire. (Daily Wire - 16/6/2024)

ALDINGER, Brandon (2024) The Hobbit vs. Hitler: How does one best respond to ideological coercion? J.R.R. Tolkien knew. (The Stream - 22/5/2024)

ANONYME (1940) German Martyrs. pp. 38-41 Time magazine - 23 Dec., vol. 36 n° 26

ANONYME (2019) Antisionisme = antisémitisme : voici les noms des députés qui ont voté pour, contre, ou se sont abstenu. (Dreuz.info - 4/12/2019)

ANONYME (2024) 'The left's hypocrisy on free speech is mind boggling' Heather Mac Donald on the anti-Semitism crisis in US universities. (Spiked - 28/2/2024)

ANONYME (2024) Holocaust survivors alarmed at the rising antisemitism. (Associated Press - AFN - 2/5/2024)

ANONYME (2024) Salman Rushdie Says Free Palestinian State Would Be 'Taliban-Like'. (Middle East Eye - Tyler Durden/Zero Hedge - 21/5/2024)

ARENDT, Hannah (1951/1976) The Origins of Totalitarianism. Harvest Book New York xliii-576 p.

BEN-AMI, Daniel (2023) This is not about 'liberating' Palestine: There is no excuse for the left's ignorance about Hamas's genocidal aims. (Spiked - 9/10/2023)

BERRIEN, Hank (2024) 'Unbelievable Smear Against Israel': Douglas Murray Blasts Claims of 'Genocide'. (DailyWire - 21/3/2024)

BERRIEN, Hank (2024) Son of Hamas Leader Denounces Palestinian Authority At UN: 'Greatest Enemy Of The Palestinian People'. (DailyWire - 5/6/2024)

BLACK, Tim (2021) David Baddiel vs woke anti-Semitism Jews Don't Count exposes the progressive left's Jewish problem. (Spiked - 8/2/2021)

BRACHER, Karl Dietrich (1969/1995) Hitler et la dictature allemande. Éditions Complexe [Paris] 681 p.

CAHILL, Thomas (1998) The Gifts of the Jews: How a Tribe of Desert Nomads Changed the Way Everyone Thinks and Feels. Nan a Talese/Doubleday New York 291 p.

CAMUS, Albert (1951) L'homme révolté. Gallimard, Paris 382 p.

CECIL, Robert (1972) The Myth of the Master Race : Alfred Rosenberg and Nazi Ideology. B.T. Batsford London 266 p.

COOPER, Douglas Anthony (2011) Sorry, Dr. King Did Not Consider You An Enlightened Anti-Zionist. Deal With It. (HuffPost – 18/11/2011)

CORWELL, John (2009) Les savants d'Hitler: Histoire d'un pacte avec le Diable. Albin Michel Paris 503 p.

GOMES, Jules (2024) Hating Jews in Holy Week: The Vampire of Catholic Antisemitism Climbs from Its Coffin. (The Stream - 26/3/2024)

GOSSELIN, Paul (2002) Le plaisir douteux de taper sur Israël. (Samizdat - mai 2002)

GOSSELIN, Paul (2022) Edward Veith's Modern Fascism : A Review. (Samizdat - sept. 2022)

GRASSÉ, Pierre-Paul (1980) L'Homme en accusation: De la biologie à la politique. Albin Michel Paris 354 p.

HARRIS, Peter (2024) This Is No Genocide. (Daily Sceptic - 29/4/2024) -> examines the behaviour of Israel's military forces

IBRAHIM, Raymond (2024) 'How Dare You?!' The True Source of the Arab-Israeli Conflict Is a Superiority Complex. (The Stream - 30/5/2024)

KAY, Barbara (2024) Nobody questions the Arab nations' legitimacy, only Israel's: Barbara Kay joins The Ezra Levant Show to discuss her new column in the National Post, and wonders why Israel's critics only ever question it's legitimacy and not the legitimacy of the Jewish state's Arab neighbours, which became new nations at the same time. (Rebel News - 5/3/2024)

KEMPE, Teri (2024) What Does It Mean to Be Free? The Palestinian Question. (Daily Declaration - 5/4/2024)

LEGARE-TREMBLAY, Jean-Frédéric (2010) Adrien Arcand, un fasciste bien de chez nous. (Le Devoir - 1 avril 2010)

LEWIS, C. S. (1982) Stories and Other Essays on Literature. Harcourt Brace Jovanovich

LINDSKOOG, Kathryn (2000) C. S. Lewis's Anti-Anti-Semitism in The Great Divorce. The Lewis Legacy-Issue 86, Autumn 2000

LORD, Jeffrey (2024) Hitler's Meeting With Grand Mufti Shows War in Middle East Is About Hatred of Jews The Oct. 7 attack and the Holocaust had the same motivation. (The American Spectator - 11/4/2024)

MECHAAL, Khaled (2024) "Nous n'en avons rien à faire de la solution à deux États". (Tribune juive - vidéo arabe avec sous-titres français, 2 minutes - 29/5/2024) -> Mechaal est un dirigeant Hamas ou version anglaise

MANDEL, Seth (2024) The Red-Right-Hand Apologists. (Commentary - 25/3/2024) -> au sujet de la canonisation de Aziz Salha par les antisionistes...

MONOD, Jacques (1970) Le hasard et la nécessité: essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne. Éditions du Seuil Paris 197 p.

MOSKOT, Carol (2024) The Five Postcards: The story of my grandfather. (Commentary - 1/4/2024)

MUEHLENBERG, Bill (2024) A Review of Israelophobia. By Jake Wallis Simons. (CultureWatch - 26/4/2024)

MUEHLENBERG, Bill (2024) 1930's Germany Revisited: The ugly anti-Semitism we are now witnessing is utterly appalling. (CultureWatch - 10/5/2024)

MURRAY, Douglas (2024) Where Were the Cries of Genocide When Assad Killed 600,000 Arab Muslims in Syria? (Spectator/Daily Sceptic - 24/2/2024)

NELSON, Kelleigh (2024) The Toxic Fruit of Reformed Theology, Part 5: Theological Butchers, John Calvin. (News With Views - 2/4/2024)

NIETZSCHE, Friedrich (1886/2000) Par-delà bien et mal. (traduction Patrick Wotling). GF Flammarion Paris 385 p.

NIETZSCHE, Friedrich (1899/1970) Crépuscule des idoles; suivi de Le cas Wagner . (trad. d'Henri et, al. Médiations ; 68) Denoël Gonthier Paris 190 p.

O'NEILL, Brendan (2024) Fatah is right – Hamas is to blame for the war in Gaza It's time we called out the woke left's neo-imperial belief that Israel is to blame for everything. (Spiked - 18/3/2024)

O'NEILL, Brendan (2024) The Lord Haw-Haws of Hamas: Why are so many supposed leftists spreading propaganda for religious fascists? (Spiked - 27/3/2024)

O'NEILL, Brendan (2024) Rafah reminds us of the evils of Hamas: Why are so many in the West washing away Hamas's responsibility for the Gaza catastrophe? (Spiked - 28/5/2024)

O'NEILL, Brendan (2024) The racism of never blaming Hamas for anything: Following the rescue of four Israeli hostages, it is time the Western left gave Hamas some credit for its evil. (Spiked - 10/6/2024)

PRAGER, Dennis (2024) 19 Years Ago, the Los Angeles Times Published a Column on Antisemitism on American Campuses. (The Stream – 23/1/2024)

PRAGER, Dennis (2024) The Genocide Libel Is the Blood Libel of Our Time: The only genocide in the Israel-Palestinian war is the one Hamas and Iran seek to perpetrate against the Jews of Israel. (American Greatness - 14/5/2024)

ROWE, Dorothy (1982) The Construction of Life and Death. John Wiley & Sons Chichester (UK) 218p.

SMELSER, Ed (2005) La théologie du remplacement. (Bridges for Peace - Samizdat)

SMITH, Lauren (2024) Is it now a crime to be a Jew in London? A Met officer threatened a man with arrest because his Jewishness might anger 'pro-Palestine' protesters. (Spiked - 19/4/2024)

SOUKUP, Stephen (2024) Anti-Semitism as the Harbinger of Global Chaos The parallels between the rise of Nazism and the current global unrest and demonization of the Jewish people is largely incontestable. (American Greatness - 16/3/2024)

STEIN, Ben (2024) Only Israel Is Not Allowed to Defend Itself: Blinken joins in the war against Israel's right to self-defense. The American Spectator - 12/5/2024

STEINER, George (2001) Grammaires de la création. Gallimard [Paris] (collection NRF-essais) 430p.

VEITH, Edward (1993) Modern Fascism: Liquidating the Judeo-Christian Worldview. [Concordia Scholarship Today]

WALLIS SIMONS, Jake (2024) Israel is being subjected to obscene double standards Western leaders have no right to lecture the Jewish State about the conduct of war. (Spiked - 5/4/2024)

WEST, Patrick (2024) What Martin Heidegger can teach us about cancel culture: The notoriously difficult philosopher was a vociferous enemy of groupthink. (Spiked - 8/3/2024) -> mentions Heidegger's Nazis party membership and anti-Semitism...

WYNER, Abraham (2024) The Statistical Proof That Gaza Casualty Numbers Are Fake. (Tablet/Daily Sceptic - 14/3/2024)


Notes

[1] - Ah oui, « Nietzsche avait rejeté cette perversion du concept darwinien original »! AInsi les Nazis auraient abusé de Darwin... Vraiment? Ouais, bien des progressistes comme Cecil s'évertuent à purifier Darwin (et Nietzsche) de toute contamination nazie, mais celui qui se donne la peine de lire Nietzsche lui-même aura vite constaté que le concept Nietzschien d'Übermensch/Surhomme n'est qu'une application radicale et cohérente de la logique darwinienne de la lutte pour la survie à une moralité individuelle et, pourquoi pas?, à des stratégies politiques d'État. À la fin, si Nietzsche a critiqué Darwin, c'est pour ne pas avoir été assez loin… Entre autres, Nietzsche se moquait des Anglais qui se vantaient de Darwin, mais refusant d'accepter les répercussions du darwinisme (1899/1970: 78-79)

Ils se sont débarrassés du Dieu chrétien et ils croient maintenant, avec plus de raison encore devoir retenir la morale chrétienne. C'est là une déduction anglaise, nous ne voulons pas en blâmer les femelles morales à la Eliot. En Angleterre, pour la moindre petite émancipation de la théologie, il faut se remettre en honneur, jusqu'à inspirer l'épouvante, comme fanatique de la morale. C'est là-bas une façon de faire pénitence. Pour nous autres, il en est autrement. Si l'on renonce à la foi chrétienne, on s'enlève du même coup le droit à la morale chrétienne. (…) Si les Anglais croient en effet savoir par eux-mêmes, « intuitivement » ce qui est bien et mal, s'ils se figurent, par conséquent, ne pas avoir besoin du christianisme comme garantie de la morale, cela n'est en soi-même que la conséquence de la souveraineté de l'évolution chrétienne et une expression de la force et de la profondeur de cette souveraineté: en sorte que l'origine de la morale anglaise a été oubliée, en sorte que l'extrême dépendance de son droit à exister n'est plus ressentie. Pour l'Anglais, la Morale n'est pas encore un problème.

[1a] - Par exemple, combien d'autres civilisations peuvent se vanter d'avoir aboli une institution économique aussi rentable que l'esclavage ??

[2] - Concept éminnement hypocrite, car servant d'obstacle à toute réflexion sur le fait que toute civilisation et système juridique s'enracinent et se développent en fonction d'un système de croyances, idéologie ou religion. Ainsi, le concept d'État laïque entretient l'illusion qu'un système politique (ou juridique) peut être neutre sur le plan idéologico-religieux...

[3] - Bloc Québécois bill seeks to eliminate religious belief as a defense against 'hate speech' 'This Bloc Quebecois bill is just a Trojan Horse to enable future pogroms against Christians and any religious believer from other faiths who publicly disagree with LGBT ideology,' reacted Campaign Life Coalition's Jack Fonseca. (Clare Marie Merkowsky - LifeSite - 30/11/2023)

[4] - British pro-life advocate again arrested for 'thoughtcrime' of silent prayer near abortion clinic. (Mark A. Kellner - The Washington Times - 6/3/2023)

FBI Arrests 87-Year-Old Pro-Life Concentration Camp Survivor for Peacefully Protesting Abortion. (Steven Ertelt - LifeNews - 12/10/2022)

Police Threaten to Arrest Street Preachers Over 'Hate Crime' of Preaching Gospel. (Protestia - 17/2/2024)

[5] - Big Tech and the Erasure of History: The censorship of the tech thought police is a huge problem. (Bill Muehlenberg - CultureWatch - 12/9/2022)

[6] - Soupe jetée sur les “Tournesols” de Van Gogh à Londres: les militantes écologistes devant la justice. (Le Figaro – 15/10/2022)

[7] - CS Lewis, Tolkien, Orwell among works tagged as triggers for 'far-right' extremism by anti-terrorism group: Author Douglas Murray said 'dogmatic' attitude of UK elites has also infected US. (Jon Brown - Fox News - 28/3/2023) -> all of which raises the question: Which ideologico-religious system is this UK anti-terrorism unit (Prevent) using as a basis to determine what is "extremism" ???